AccueilÉDITO

En images : à l'intérieur de la capsule de tourisme spatial New Shepard

Publié le

par Thibault Prévost

Et si 2018 était vraiment l'année de lancement du tourisme spatial – pour élites multimillionnaires, s'entend – après des décennies de promesses non tenues ? Rien de tel que la compétition pour accélérer le développement des technologies de demain et si SpaceX fait toujours figure de favori dans la course à l'espace, elle n'est plus toute seule sur le marché du cosmos low-cost.

Sa concurrente, la société Blue Origin fondée par le patron d'Amazon Jeff Bezos, avait déjà réussi à lui piquer temporairement la vedette en devenant, le 25 novembre 2015, la première entreprise à faire atterrir verticalement une fusée. Si le lanceur de Blue Origin, New Shepard, n'est pas comparable en taille ou en altitude à celui de SpaceX (il est plus petit et vole plus bas), il en est néanmoins à son cinquième atterrissage réussi d'affilée, bien au-delà de ce qu'a réussi la compagnie d'Elon Musk.

Et comme sa concurrente, Blue Origin a pour objectif d'emmener de riches touristes faire des balades de quelques heures en orbite autour de la Terre dans un calme, un luxe et une volupté dignes des élites technophiles de demain, si possible en 2018 et moyennant 100 à 200 000 dollars (environ 90 à 190 000 euros). Pour respecter son agenda démentiel, la compagnie a donc présenté les premières images de sa future capsule habitée, New Shepard, à l'intérieur digne d'Interstellar.

"Chaque siège est équipé d'une vitre, la plus grande vitre jamais créée pour l'espace", écrit Jeff Bezos dans un mail relayé par The Verge. De larges sièges inclinables noir et bleu ornés du logo de Blue Origin –une plume, "symbole de grâce et de puissance" – viendront accueillir les apprentis explorateurs ultrariches, première génération d'astronautes amateurs avant, espérons-le, une démocratisation de la pratique à la manière des congés estivaux d'antan. Et si possible dans ce genre de véhicule de transport spatial tout droit sortir de la planche à dessin d'un illustrateur de SF, merci.

À voir aussi sur konbini :