featuredImage

"Retourne d'où tu viens", la télé-réalité où les candidats vivent comme des réfugiés

La chaîne flamande Vier vient d'acheter les droits pour adapter l'émission de télé-réalité "Retourne d'où tu viens". Un concept venu d'Australie où les participants doivent vivre comme des réfugiés. Polémique.

Go_Back_To

Les candidats de la première saison de Go Back to where you come from en Australie.

Mais jusqu’où ira la télé-réalité ? La question se pose quand on voit l'imagination débordante et parfois choquante des créateurs de ce genre d'émission dans cette course vers toujours plus d'audimat. Entre une télé-réalité spéciale street-art, l'émission au titre dérangeant "Mon mari n'est pas gay", "Sweatshop" qui envoie les blogueurs mode dans les usines cambodgiennes ou encore "Diktatorn" qui plonge une dizaine de jeunes suédois sous l'emprise d'un dictateur, etc. Ces derniers temps, les exemples ne manquent pas à l'appel.

Récemment, c'est l'émission "Go back where you came from" – soit "Retourne d'où tu viens" en français – qui fait parler d'elle. Créée en Australie il y a trois ans, cette télé-réalité au titre provocateur et sans équivoque devrait bientôt s'introduire sur la chaîne flamande Vier.

"Six Australiens ordinaires acceptent de remettre en question leurs idées préconçues sur les réfugiés et les demandeurs d'asile en se lançant dans un voyage de 25 jours". C'est ainsi qu'est présentée l'émission au pays des kangourous.

Sans papier, sans argent et sans téléphone, ils devront braver l'impossible en parcourant le chemin inverse que les boat people empruntent pour se rendre en Australie, dans l'espoir d'un avenir meilleur. "Ils voyageront dans certains des coins les plus dangereux et désespérés du monde", poursuit la description de la trame de la première saison. Du bateau perdu au milieu de l'Océan, aux rafles en Malaisie en passant par les camps de réfugiés du Kenya ou encore les bidonvilles de Jordanie, "ils vont vivre un voyage épique, l'expérience la plus difficile de toute leur vie".

Une émission polémique qui cartonne

Diffusée pour la première fois en juin 2011 sur la chaîne australienne SBS, l'émission a rapidement suscité un fort engouement de la part des téléspectateurs dans un pays en plein débat sur l'immigration. "Go back where you came from" a carrément remporté en 2013 un prix aux International Emmy Awards qui récompensent les meilleurs programmes de télévision diffusés hors des États-Unis.

Attirés par le succès de l'émission, une dizaine de pays tels que les États-Unis, l'Allemagne, le Danemark, la Suède ou encore l'Afrique du Sud se sont alors intéressés au concept. Même France 2 aurait envisagé il y a deux ans de l'adapter. Le projet, jugé sensible, n'aurait finalement pas abouti. Néanmoins, le succès de l'émission ne s'est pas fait sans heurts puisqu'à chaque adaptation, les polémiques ont recommencé de plus belle. C'est notamment le cas en Belgique, comme le rapporte le journal L'Avenir :

Le CIRE (Coordination et initiatives pour les réfugiés et étrangers) regrette la part de voyeurisme et les dépenses incroyables engagées pour une telle émission qui entend faire de l’audience sur la misère et la détresse des gens.

Pour autant, la porte-parole du Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés semble plutôt convaincue par le but de l'émission qui permettrait de "montrer une partie de la réalité inconnue de la plupart des téléspectateurs".

Par Anaïs Chatellier, publié le 24/03/2015