Elon Musk a placé ses deux premiers satellites en orbite

Il doit encore en lancer 12 000 pour accomplir sa toute nouvelle mission : connecter la Terre entière à Internet.

Après ses efforts titanesques pour lancer la colonisation de Mars, imposer la voiture électrique, révolutionner le transport ferroviaire, démocratiser l’énergie solaire, vendre des lance-flammes et développer des implants pour booster le cerveau, on aurait pu s’attendre à avoir un Elon Musk exténué.

Publicité

Il n’en est rien. En 2015, l’entrepreneur aux commandes de SpaceX ajoutait à sa méga to-do-list une mission supplémentaire : la création d’un réseau de satellites pour offrir un accès à Internet haut débit dans le monde entier. 4 225 d’entre eux seront en orbite basse, à 1 150 kilomètres d’altitude, tandis que tous les autres navigueront au-dessus de nos têtes à 320 kilomètres.

Le 22 février, à 15 heures 17, une Falcon 9 a donc emmené les deux premières pierres du réseau, Microsat-2a et Microsat-2b, des prototypes pesant chacun 400 kilos – il y avait aussi à bord un troisième satellite espagnol, le PAZ, destiné à faire de l’observation, mais personne n’y a accordé la moindre attention.

Selon le Wall Street Journal, Elon Musk compte séduire 40 millions de clients d’ici 2025, ce qui pourrait rapporter à son entreprise 30 milliards de dollars par an. Estimations optimistes qui, espérons-le pour le département commercial de SpaceX, prennent en compte un paramètre important : comme le rappelle Les Échos, au moins trois autres entreprises (OneWeb, LeoSat et Telesat) se sont déjà positionnées sur ce créneau.

Publicité

Image de couverture : une Falcon 9 prête au décollage (© SpaceX).

Par Pierre Schneidermann, publié le 26/02/2018

Pour vous :