Edward Snowden décoré du "prix Nobel alternatif" au Parlement suédois

Malgré son inculpation pour espionnage aux Etats-Unis, Edward Snowden s'est vu remettre le 1er décembre le prix Right Livelihood, véritable prix Nobel alternatif. Maintenant, à quand le vrai ?

Edward Snowden, homme à abattre pour la justice américaine, porte-étendard pour les défenseurs de la vie privée

Edward Snowden, homme à abattre pour la justice américaine, porte-étendard pour les défenseurs de la vie privée

Quoi qu'il advienne d'Edward Snowden, son nom ne sera jamais oublié. Menant une existence de fugitif après avoir révélé les programmes de surveillance de masse auxquels s'adonnent les agences de renseignement de nombreux pays et notamment la NSA américaine, accusé pour cela d'espionnage et de vol d'informations confidentielles par son propre pays, l'ex-employé de la CIA s'est vu décerner une nouvelle récompense.

Publicité

Le lanceur d'alerte a reçu un Right Livelihood Award "pour son courage et sa capacité à révéler l'étendue sans précédent de la surveillance étatique, qui viole les processus fondamentaux des démocraties et les droits constitutionnels", comme l'a déclaré Jakob Von Uexküll, le créateur du prix. Cette distinction, aussi connue sous le nom de "Prix Nobel alternatif", récompense les individus et associations qui œuvrent pour améliorer les conditions de vie du genre humain dans son ensemble. Elle n'a aucun lien avec la Fondation Nobel.

Selon le Guardian, c'est au Parlement suédois que la cérémonie s'est déroulée. Alors que le jeune lauréat est toujours en exil en Russie (où il a reçu la permission d'habiter pendant trois ans), il s'est adressé à l'assemblée en vidéo depuis Moscou. Symboliquement, malgré la présence de membres de sa famille, le mot d'ordre était de laisser la récompense à sa place afin qu'un jour, peut-être, il puisse voyager librement en Suède et le recevoir en personne. Pourtant, les chances que les charges d'espionnage contre lui soient levées sont (très) minces.

Jakob Von Uexküll, visiblement ravi de distinguer l'activiste américain, a déclaré :

Publicité

M. Snowden, votre Right Livelihood Award vous attend. Nous faisons confiance à la Suède pour qu'elle fasse son possible afin que vous puissiez venir chercher votre récompense dans un avenir très proche.

Alors Snowden, traître à la patrie ou héros des peuples ? Le gouvernement suédois n'a pas tranché. Alors que les représentants du peuple suédois ont accueilli la cérémonie de (presque) remise du prix à Snowden par une standing ovation, le gouvernement est plus frileux quant à reconnaître qu'il soutient l'exilé politique recherché par les Etats-Unis – même si la Suède est officiellement neutre, elle se pose depuis plusieurs années la question de son entrée dans l'Otan.

Publicité

Libération raconte le malaise du ministère suédois des Affaires étrangères qui a purement et simplement annulé (la veille !) la conférence de presse annonçant les lauréats du Right Livelihood Award, "une tradition qui date de près de vingt ans", comme le précise Libé.

Récompenses

Pour avoir révélé que l'espionnage généralisé des citoyens opéré par la NSA et d'autres agences de renseignement gouvernementales, ce n'est pas la première récompense que reçoit Edward Snowden. Le 8 juillet 2013, l'activiste s'est vu distinguer d'un Sam Adams Award, prix décerné à une personnalité du monde des renseignements prenant position en faveur de l'intégrité et de l'éthique.

Entre autres prix, dont un poste de membre honoraire au fameux Chaos Computer Club allemand, l'association de la presse brésilienne lui a remis son prix international des droits de l'homme en septembre 2013. On a même fait de lui un personnage de comics.

Publicité

Mais le Nobel, alors ? De nombreuses personnalités écologistes, parmi lesquels Daniel Cohn-Bendit, souhaitaient le voir remporter le sésame en 2013 et 2014 "afin de saluer sa contribution à la protection de nos droits universels, dont le droit à la vie privée et la liberté d’expression". 

Même s'il n'a pas encore été distingué par le prix suprême, la presse américaine peut le remercier : le 14 avril 2014, l'édition outre-Atlantique du Guardian et le Washington Post ont reçu le Prix Pullitzer pour leur publication des révélations sur le système de surveillance de la NSA. C'est l'une des récompenses les plus prestigieuses du journalisme, décernée par l'Université Columbia, à Manhattan, aux Etats-Unis. Et c'est à Snowden qu'ils la doivent.

Par Théo Chapuis, publié le 03/12/2014

Copié

Pour vous :