Le "Uber de la weed" lève 10 millions de dollars

Eaze, une start-up basée à San Francisco, propose l'achat et la livraison de marijuana médicale via smartphone, le tout en moins de 10 minutes. Créée en novembre dernier, elle vient de lever 10 millions de dollars. Et compte Snoop Dogg parmi ses actionnaires, évidemment.

Crédits image : Matthew Staver/The Washington Post

Crédits image : Matthew Staver/The Washington Post

Ce n'était qu'une question de temps. Le temps qu'un petit malin réalise le potentiel lucratif d'un modèle à la Uber appliqué au marché émergent de la marijuana légalisée. Une semaine avant le 4/20, l'informelle "fête de la weed" du 20 avril, la start-up californienne avait levé 10 millions de dollars. Parmi les actionnaires, Snoop Dogg himself, mascotte officielle de la défonce depuis le décès de Bob Marley.

Publicité

Le fonctionnement d'Eaze est simple comme Uber : une fois enregistré sur l'application après avoir montré patte blanche (en l'occurrence, le permis permettant de consommer la marijuana), l'utilisateur n'a plus qu'à choisir entre les différentes variétés et attendre que sa commande arrive à l'adresse souhaitée. Et là où Eaze fait très fort, c'est qu'il promet une livraison en 10 minutes. Le 20 avril, la chaîne CNBC a tenté un concours de rapidité entre Eaze et un livreur de pizza. La weed est arrivée en premier.

L'or vert, nouvel eldorado américain

Depuis sa levée de fonds, Eaze recrute des chauffeurs à tour de bras en vue d'élargir son territoire. Avec trois États (Washington, Colorado, Oregon) ayant entièrement légalisé la consommation et quinze autres autorisant la consommation médicale, la beuh est devenue un énorme marché à conquérir et un terrain vierge pour les futurs géants de la distribution.

On apprenait ainsi en début d'année que les revenus générés par la taxation du commerce de la marijuana en 2014 au Colorado étaient si importants (50 millions de dollars) que l'État devait se résoudre, légalement, à redistribuer l'excédent entre ses citoyens. Début avril, enfin, Privateer Holdings, un conglomérat de production et distribution de marijuana, a lui levé 75 millions de dollars. Lorsque l'on sait que 7 autres États devraient suivre le train de la légalisation d'ici 2016, le marché n'est pas prêt de s'essouffler.

Publicité

Par Thibault Prévost, publié le 27/04/2015

Copié

Pour vous :