AccueilÉDITO

Dubaï envisage de tester les plaques d’immatriculations intelligentes

Publié le

par Pierre Schneidermann

(© Jerry « Woody »/Wikimedia/CC)

Mais il y a beaucoup d’incertitudes. Et les États-Unis ont déjà pris de l’avance.

(© Jerry "Woody"/Wikimedia/CC)

Elles auront un écran, seront connectées et munies d’un GPS. Voilà comment Dubaï ambitionne de disrupter un objet qui, depuis la naissance de l’automobile, n’a quasiment jamais fait de bon technologique : la plaque d’immatriculation.

Elles rendront la vie des Dubaïotes plus facile, a justifié à la BBC le responsable du département de l’immatriculation des véhicules rattaché à l’autorité des routes et des transports du pays, le sultan Abdullah al-Marzouqi.

Ces "smart plaques", déployées en phase de test d’ici un mois, contacteront la police et des ambulances, et pourraient avertir les autres conducteurs en cas d’accident. Les plaques pourront aussi être modifiées : utile en cas de vol (la plaque signalera le larcin), mais également utile pour l’État qui pourra en contrôler l’apparence. Enfin, ces petites merveilles permettront de faciliter la vérification des stationnements et le paiement des amendes.

On ne sait pas encore combien ces plaques coûteront, ni à quel point elles pollueront – oui, le matériel électronique pollue –, ni à quel point ces plaques seront fiables niveau cybersécurité : lorsque l’on sait que les voitures autonomes sont vulnérables aux piratages, on ne peut s’empêcher d’imaginer quelques petits scénarios catastrophe. Enfin, on ne sait pas non plus si ces plaques, notamment à cause de la géolocalisation, respecteront la vie privée des utilisateurs.

Outre ces points d’interrogation, Dubaï n’est pas l’unique candidate dans cette course à l’armement minéralogique. En 2013, en Californie, une loi autorisait le déploiement de plaques électroniques. Une start-up californienne (forcément), Reviver, est d’ores et déjà au taquet. Ses plaques offrent plus ou moins les mêmes fonctions promises par le sultan Abdullah al-Marzouqi, avec option publicité en plus ! Selon Reviver, 100 000 de ses plaques pourraient entrer en circulation pendant l’année 2018.

Si ces plaques devaient arriver en France, nous serions confrontés à une cinquième inconnue, bouillante : pourrons-nous encore choisir le numéro de notre département ?

À voir aussi sur konbini :