Contre les lois anti-IVG, des drones vont larguer des pilules abortives sur l'Irlande

Plusieurs organisations pro-choix vont distribuer des pilules abortives à l’aide de drones mardi 21 juin. Cette initiative vise à protester contre les lois restrictives sur l’avortement en Irlande et en Irlande du Nord.

Des drones chargés de pilules abortives vont atterrir en Pologne ce 27 juin (Source : Commons Wikimedia)

Des drones chargés de pilules abortives avaient déjà officié en Pologne le 27 juin 2015. (© Commons Wikimedia)

Publicité

Les groupes militant pour le droit au choix en matière d'avortement comme Rosa, Alliance for Choice, Labour Alternative et Women on Waves ont l’intention de distribuer des pilules abortives en Irlande du Nord, mardi 21 juin, grâce à un drone. Cette initiative est décrite comme un "acte de solidarité".

Ces pilules seront lâchées par drones entre Omeath (comté de Louth, Irlande) et Narrow Water (comté de Down, Irlande du Nord) pour souligner les lois draconiennes contre l’avortement en Irlande et en Irlande du Nord. 

Cette action est avant tout un acte de protestation contre des lois qui s'approprient le corps des femmes. Comme l’avortement est illégal en Irlande et en Irlande du Nord, les femmes qui avaleront ces pilules à titre symbolique ne seront pas enceintes afin d'éviter les poursuites judiciaires. Cette manifestation a avant tout pour ambition d’envoyer un message aux Irlandaises, pour leur dire que les pilules abortives existent et qu’elles ne sont pas dangereuses malgré les législations des deux pays. Ces pilules ont d'ailleurs été agréées par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2005.

Publicité

Lourdes peines de prison

L’Irlande du Nord est la seule nation du Royaume-Uni où l’avortement n’est pas autorisé. Malgré l'Abortion Act, qui est entré en vigueur en 1967 en Angleterre, au pays de Galles et en Écosse, l’avortement reste illégal en terre irlandaise. Pratiquer un avortement en Irlande du Nord est passible d'une peine d’emprisonnement à perpétuité. De la même manière, toute personne qui pratique un avortement en République irlandaise risque jusqu’à quatorze ans d'emprisonnement.

Mais ces lois restrictives n'empêchent pas les femmes de parvenir à leurs fins. Beaucoup d'Irlandaises n'hésitent pas à se rendre dans les autres nations du Royaume-Uni pour mettre un terme à leur grossesse. Douze femmes feraient le voyage chaque jour selon l'Irish Post.

Ce chiffre serait plus élevé en réalité, ce qui souligne à quel point la situation est absurde. Même les Nations unies ont demandé à l’Irlande de changer leur loi après avoir estimé qu’interdire l’avortement contrevient aux droits de l’homme.

Publicité

Une initiative nécessaire

L’initiative de lâcher des pilules abortives au dessus de l’Irlande fait écho à une initiative similaire menée en Pologne il y a un an. En juin 2015, l'ONG Women on Waves avait alors balancé des pilules abortives au-dessus du pays pour protester contre leur loi sur l'avortement.

La procédure reste illégale dans ce pays qui a l'une des législations les plus restrictives en Europe. Une femme peut mettre fin à sa grossesse pendant les 12 premières semaines seulement en cas de malformation grave du fœtus, de viol ou d’inceste, ou si sa vie est en péril.

Comment des pays peuvent-ils continuer à criminaliser un acte qui sera la plupart du temps quand même pratiqué mais dans des conditions peut-être dangereuses ? Malheureusement, les hommes de loi irlandais (et polonais) ne semblent pas avoir l’intention de changer d’avis de sitôt. C’est pour cela que des actions pro-choix comme cette initiative sont nécessaires.

Publicité

Traduit de l’anglais par Hélaine Lefrançois

Par Lydia Morrish, publié le 17/06/2016

Pour vous :