AccueilÉDITO

Dov Charney, le fondateur d'American Apparel, va lancer une nouvelle marque

Publié le

par Naomi Clément

MANCHESTER, UK – APRIL 23: American Apparel fashion store on April 23, 2013 in Manchester, UK. American Apparel was founded… Lire la suite

Dov Charney, évincé d'American Apparel en 2014, travaille sur une nouvelle marque… qui serait en concurrence directe avec son ancienne entreprise.

American Apparel s'apprête-t-elle à être concurrencée par l'homme qui l'a fondée ? (© American Apparel)

On ne pensait pas revoir Dov Charney de sitôt. Les derniers mois ont été synonymes de cataclysme pour l'homme d'affaires : dégagé en décembre 2014 de l'empire American Apparel après avoir été accusé d'abus sexuels sur ses employé(e)s, puis interdit de tenir en public des propos qui pourraient "dénigrer ou avoir des impacts négatifs sur la compagnie ou sur des actuels, précédents ou futurs employés, membres ou directeurs"... Sans parler de sa (vaine) tentative de racheter l'entreprise, en difficulté financière, au prix de 300 millions de dollars il y a à peine un mois.

Pourtant, Dov Charney est déjà de retour. Comme le rapporte aujourd'hui Dazed, le fondateur et feu PDG d'American Apparel s'est associé à Chad Hagan, de Hagan Capital Group (l'entreprise qui a soutenu Dov Charney dans sa tentative de rachat en janvier), pour fonder une marque qui propose des basiques pour hommes et pour femmes (T-shirts, sous-vêtements...) entièrement fabriqués aux États-Unis. Soit le credo d'American Apparel, qui se targue de confectionner des vêtements "designés, coupés et cousus à Los Angeles".

En effet, dans une interview accordée à WWD, Chad Hagan expliquait :

"Ce qui est important pour nous aujourd'hui est de prendre part à cette nouvelle aventure, et de mettre Dov aux commandes. Nous allons faire des basiques à nouveau.

Nous ne voulons pas juste commencer avec une marque fun, en ligne. Nous allons faire ce que Dov sait faire de mieux et ensuite établir un système robuste d'e-commerce. Mais nous ne commencerons pas en tant que simple revendeur en ligne."

À voir aussi sur konbini :