AccueilÉDITO

Quand Donald Trump demande à ses supporters de lever la main droite

Publié le

par Louis Lepron

Les images ont du poids. Les dernières en provenance d'un meeting de Donald Trump en Floride ont fait froid dans le dos à certains médias américains.

La scène se déroule à Orlando, en Floride. Ce samedi 5 mars,Donald Trump est de passage en ville, dans le cadre de la course à l'investiture républicaine pour les présidentielles américaines. Alors que des primaires se déroulent dans les États du Kansas, du Kentucky, du Maine et de Louisiane, l'attention de la Toile s'est portée vers une demande peu ordinaire de la part du candidat à l'attention de son public :

"Allez, faisons un vœu, qui m'aime dans la salle ? Je n'ai jamais fait ça auparavant. Levez votre main droite. Je jure que peu importe les conditions, qu'il y ait un ouragan ou quoi que ce soit, je voterai pour que Donald Trump comme président."

Dans une vidéo, la chaîne ABC a relaté ce moment. Le plan voit Donald Trump faire face à son audience :

Des photographies et gifs des supporters, bras tendus et mains droites levées, ont alors vite fait le tour de la Toile. Comme ceux de  Brandon Wall, journaliste à BuzzFeed :

Et l'image la plus relayée, avec près de 8 000 retweets, est celle d'une journaliste du Washington Post, Jenna Johnson. Son commentaire annonce : "Donald Trump demande aux membres de l'audience d'Orlando de lever leur main droite et de jurer de voter lors des primaires".

Il n'en fallait pas plus pour que ces images soient reprises par les médias américains, soulignant une corrélation avec le salut fasciste (ou salut hitlérien), signe de ralliement des dictateurs Mussolini et Hitler dans les années 1930.

Gawker écrit ainsi"Des centaines de supporters se sont mis en rang pour fixer avec adoration leur leader suprême [...]. Ils ont levé leur main droite pour le saluer, suivant aveuglement leur führer." Du côté de Slate, tout était dans le titre : "Les supporters de Trump lèvent la main droite pour promettre leur soutien. Les photos sont terrifiantes."

À lire : Sondage : 10 % des électeurs de Trump désapprouvent l’émancipation des esclaves

Du côté du Huffington Post, la journaliste Janie Velencia n'y est pas allée par quatre chemins, titrant : "Ce rassemblement de Donald Trump ressemble à une scène de l'Allemagne nazie". Et de préciser dans le texte :

"La montée de Donald Trump au sommet des candidats républicains a été de plus en plus comparée à l'ascension d'Hitler, les deux hommes ayant usé d'une rhétorique raciste en accusant différents groupes de minorités d'être à l'origine des problèmes du pays.

Ce dimanche, cette comparaison est devenue encore plus apparente quand des images d'un rassemblement de Trump à Orlando, en Floride, ont émergé, rappelant les sinistres meetings des nazis dans les années 1930."

"Ce mec, c'est Hitler"

Ce n'est pas la première fois que la comparaison Donald Trump/Hitler est soulignée dans les médias américains. Le Point Godwin a notamment été introduit cette semaine par Bill Maher, animateur du show HBO Real Time with Bill Maher, diffusant un discours du dictateur allemand et y apposant des sous-titres façon "discours de Trump" qui, apparemment, aurait un livre de chevet comportant... des discours de l'homme qui a instauré le Troisième Reich.

Pas plus tard qu'hier, le magazine Rolling Stone relayait un mail envoyé par  l'humoriste américain Louis C.K. à ses fans, leur demandant, à tout prix, d'éviter de voter Trump :

"S'il vous plaît, ne votez pas pour Trump. C'était marrant pendant un petit moment. Mais ce mec, c'est Hitler. Et en disant cela, je pense que nous sommes comme l'Allemagne dans les années 1930. Vous pensez qu'ils avaient prévu la merde qui allait leur arriver ? Hitler était juste un mec marrant et rafraîchissant qui avait une coupe bizarre et qui disait n'importe quoi."

Ce samedi 5 mars, Donald Trump a gagné deux caucus dans le Kansas et le Maine, tandis que Ted Cruz, son concurrent, remportait celui de la Louisiane et du Kentucky. Ce qui faisait dire ce matin au Monde que Ted Cruz est désormais "la seule alternative à Donald Trump".

À voir aussi sur konbini :