Vidéo : et voici la première pizza livrée par drone

Pour la première fois, en Nouvelle-Zélane, une livraison de pizza par drone a été effectuée auprès d'un vrai client. Cependant, l'arrivée de ce système en France n'est pas pour tout de suite. 

C'est le turfu ! Pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, le 16 novembre, un homme a reçu une pizza chez lui grâce à un drone. Une incroyable révolution technologique qui ouvre une nouvelle ère culinaire pour tous les gros flemmards de ce monde. À Whangaparaoa, en Nouvelle-Zélande, le leader mondial de la pizza Domino's a ainsi livré deux pizzas par drone à un heureux couple de clients, trop contents de voir débarquer les boîtes à pizza salvatrices au milieu d'une cible dans leur jardin.

Publicité

Le projet avait été testé avec succès plusieurs fois depuis 2013 et commence à être (très très) progressivement mis en place. Pour l'instant seule cette petite ville de Nouvelle-Zélande est concernée, le pays ayant une législation particulièrement laxiste sur la question des drones (à l'inverse des États-Unis par exemple, où les avancées sont d'une lenteur redoutable). Domino's Pizza a annoncé que son DomiCopter couvrait pour l'instant une zone de 1,5 km, mais compte étendre ce rayon à 10 km. Le drone, chargé de ses pizzas et volant à une vitesse de 30 km/h, devrait à terme pouvoir livrer n'importe où dans cette zone en moins de 10 minutes. Une fois sur place, un câble descend la commande dans le jardin du client, alors que le DomiCopter reste en vol stationnaire, à une hauteur d'environ 15 mètres.

"C'est meilleur livré par drone nan ? Mais grave"

"C'est meilleur livré par drone ,nan ? Mais grave"

La taille du jardin des clients pose encore problème, il faut qu'il soit suffisamment spacieux pour accueillir le doux et chaud paquet, ce qui n'est évidemment pas le cas pour tout le monde... Mais l'entreprise dit travailler sur des moyens de livrer dans des espaces plus petits, le Saint Graal étant d'arriver, à terme, à livrer le tout sur un balcon.

Publicité

Afin de faire naître ce projet, Domino's Pizza s'est associé avec la start-up Flirtey, spécialisée dans la livraison par drone. Ce sont donc les employés de cette société qui vont dans un premier temps assurer les livraisons, et non pas des livreurs Domino's ayant suivi une formation. Dommage, c'est quand même beaucoup plus cool de piloter un drone avec un casque VR sur la tête que de se cailler les miches sur un scooter toute la soirée. À ceux qui s'inquiéteraient donc pour l'emploi des livreurs, rassurez-vous, la technologie étudiée ici est encore extrêmement limitée et, des dires du PDG de Domino's, Don Meij, "les livreurs devraient encore rester dans le coin un bon moment".

Et en France ? Seulement à la campagne ...

Domino's Pizza s'engage depuis longtemps dans le développement de technologies de pointe pour fluidifier son système de livraison. Son dernier projet en date était le Domino's Robotic Unit (DRU), un petit robot monté sur quatre roues qui livre des pizzas dans son quartier de manière totalement autonome. Encore à l'état de prototype, le véhicule du futur devrait arriver sur les routes australiennes d'ici quatre ans seulement. Car comme pour les drones, le principal obstacle aux nouveaux modes de livraison reste la législation des pays, un vrai casse-tête pour les entreprises mondiales comme Domino's, confrontées à presque autant de systèmes qu'il y a de pays.

Belle bête, ce DomiCopter

Belle bête, ce DomiCopter.

Publicité

En France, par exemple, le "vol de drone au-dessus de l'espace public en agglomération" est interdit, ce qui n'empêche pas Domino's de réaliser des tests chez nous, mais en zone rurale. On a quand même pas mal de chance, la France faisant partie des six pays où le DomiCopter est testé.

La firme au domino n'est pas la seule à exprimer son intérêt pour les livraisons par drone : Google et Amazon développent depuis longtemps des projets similaires et espèrent lancer leur première version grand public dès 2017, même si le Project Wing de Google semble perdre en vitesse. Dans l'ensemble, ce sont bien sûr les entreprises tributaires d'une immense main-d'œuvre qui investissent des millions dans ce genre de technologie, à l'image d'Uber et de sa voiture autonome. Mais les enjeux ne sont pas uniquement marketing et conso ! Aux États-Unis, Flirtey a par exemple participé à des tests pour livrer des médicaments dans des zones inaccessibles ou encore pour ravitailler un bateau échoué à plusieurs kilomètres de la côte.

Par Théo Mercadier, publié le 17/11/2016

Pour vous :