AccueilÉDITO

Documentary addict : le site parfait pour les fans de docus fauchés

Publié le

par Juliette Geenens

Merci qui ? Merci Internet !

<em>Confessions of a serial killer</em>, fait partie des docus proposés dans la catégorie "crime". (© Capture d'écran du site Documentary Addict)

C'est la petite trouvaille qui va plaire à ceux qui n'ont pas encore eu droit à des vacances. Si vous vous ennuyez ferme en ce mois d'août à la météo mitigée, vous qui êtes restés en ville pour travailler (ou par manque de moyens), voici le site qui va occuper vos soirées moroses. Repéré par NovaDocumentary Addict est un immense catalogue qui recense plus de 5 000 documentaires disponibles sur Internet, sur un grand nombre de sujets, de durées variées et surtout gratuits !

Entièrement en anglais (désolé d'avance pour les anglophobes), la plateforme propose différentes catégories, des sciences à la musique, en passant par l'économie, la société et la religion. Il existe même une rubrique "conspiration", thématique particulièrement choyée par de nombreux réalisateurs de documentaires. Pour les passionnés de faits divers, on vous conseille vivement Confessions of a serial killer, consacré à Jeffrey Dahmer, "le cannibale de Milwaukee".

Près de 5 000 docus gratuits sur Internet, ça ne se refuse pas ! (© Capture écran du site Documentary Addict)

Du côté des biographies, on trouvera des petites perles fort intéressantes comme ce reportage de plus d'une heure vingt, dédié à la carrière de David Bowie, intitulé Sound and Vision.

Malheureusement, il arrive régulièrement de tomber sur des vidéos indisponibles, retirées pour violation des droits d'auteurs ou de la propriété intellectuelle, ou qui ne fonctionnent simplement pas. Trouver le docu qui vous convient pourra prendre du temps, à moins que vous ne vous laissiez guider par l'avis des internautes, dans la catégorie des films les mieux notés en haut à gauche de la page ("Best Documentaries" sur le site). Et pour les plus indécis, la touche aléatoire se trouve juste en-dessous.

À voir aussi sur konbini :