AccueilÉDITO

Docu : avec "Devoted", Lucas Beaufort retrace l'histoire fascinante des magazines de skate

Publié le

par Naomi Clément

Le peintre français, connu pour coucher ses visions cauchemardesques sur des couvertures de magazines de skate, est allé à la rencontre des journalistes, photographes et réalisateurs qui ont façonné la culture skate.

Kingpin, Transworld Skateboarding, Thrasher... Ces noms, que certains ne connaissent qu'estampillés sous forme de lettres enflammées sur des T-shirts en coton, sont ceux des mythiques magazines qui ont permis à la culture skate de briller à travers la planète – et qui ont, de ce fait, bercé les fantasmes de nombre d'adolescents dans les années 1990.

Parmi eux, Lucas Beaufort. Du haut de ses 35 ans, cet artiste originaire du sud-est de la France ne compte en effet plus les heures passées à tourner les pages de ces publications, peuplées par les exploits des plus grandes figures du skate. "J'ai toujours été un grand fan des magazines papier de skate, que je collectionnais minutieusement, confie l'artiste sur son site. [À l'époque], ces magazines étaient le seul moyen de s'informer sur ce qu'il se passait dans le monde en matière de skate. Ils signifiaient énormément pour moi, avant l'ère d'Internet." D'ailleurs, ces canards font aujourd'hui partie intégrante de son art, puisqu'ils constituent le support sur lequel il peint ses monstres colorés.

Désireux de rendre au skate ce que ce dernier lui a donné, Lucas Beaufort est parti à la rencontre des personnes qui ont passé leur vie à documenter le monde du skateboard, dans le but d'étudier l'évolution des médias de skate sur trois périodes-clés : des années 1990 à 2000, de 2000 à 2016, et sur les dix prochaines années. Des conversations passionnantes récoltées aux quatre coins du monde, des États-Unis au Japon en passant par l'Europe, qu'il a réunies au sein d'un documentaire baptisé Devoted, qui sortira au mois de juin 2017.

© Lucas Beaufort.

À lire -> Lucas Beaufort : "Je pense qu’on a tous un domaine dans lequel on peut s’épanouir à 300 000 %, le tout c’est de le découvrir"

À voir aussi sur konbini :