Source : publicdomainpictures.net / ©Lode Van de Velde)

Dix jours après l’avoir légalisé, le Nevada est déjà à court de cannabis

La demande avait clairement été sous-estimée…

Source : publicdomainpictures.net / ©Lode Van de Velde)

© Lode Van de Velde/publicdomainpictures.net/CC

L’heure est grave au Nevada, où le gouverneur a déclaré l’état d’urgence, non pas à cause d’une guerre, d’un attentat ou d’une catastrophe naturelle, mais tout simplement à cause d’une rupture de stock de cannabis.

Publicité

À la suite du vote des électeurs en novembre dernier, le cannabis à usage récréatif est devenu légal au Nevada le 1er juillet dernier. La loi y autorise toute personne de plus de 21 ans à se procurer un maximum de 28 grammes par jour, à consommer uniquement en privé sous peine d’une amende de 600 dollars (522 euros). Mais en moins de dix jours, tous les stocks des différents points de vente de l’État ont déjà été écoulés.

Impossibilité de se réapprovisionner

Là où les choses se compliquent, c’est que les magasins spécialisés dans la vente de cannabis ne peuvent pas se réapprovisionner. La loi votée prévoit en effet que seuls les distributeurs d’alcool soient autorisés à se fournir directement auprès des producteurs. Les boutiques qui ont été créées récemment dépendent donc de ces distributeurs. C’est ce qu’explique le magazine en ligne Business Insider :

"Les magasins qui vendent de l’alcool sont les seuls à avoir le droit de déplacer la marijuana des producteurs aux revendeurs […]. La loi a pour but de promouvoir la régulation de la marijuana comme c’est le cas pour l’alcool, et de protéger les magasins d’alcool pour qu’ils ne perdent pas de clients du fait de l’augmentation de la demande en marijuana."

Publicité

Et si les distributeurs d’alcool n’ont pas encore livré les 47 boutiques qui sont autorisées à vendre du cannabis, c’est tout simplement parce qu’ils ne sont pas prêts. Depuis novembre 2016, le département des taxes du Nevada n’a en effet reçu que sept dossiers de candidature pour obtenir les permis nécessaires. Stephanie Klapstein, la porte-parole de la direction des impôts, a indiqué au Reno Gazette-Journal :

"Nous continuerons à travailler avec les vendeurs d’alcool qui ont candidaté pour un permis de distribution, mais la plupart d’entre eux ne remplissent pas encore les conditions nécessaires qui leur permettraient d’obtenir le permis. Lorsque nous avons tenté de programmer l’inspection finale pour l’un des magasins candidats cette semaine, il nous a été répondu que la boutique n’était pas prête, et l’inspection a été refusée."

L’état d’urgence du cannabis déclaré

Alors, pour prendre la situation en main et préparer les organes d’État à l’avalanche des candidatures qui devraient bientôt inonder leurs bureaux, le gouverneur a déclaré l’état d’urgence. Il espère ainsi accélérer le processus administratif et permettre le réapprovisionnement rapide des revendeurs.

Publicité

Il faut dire que le facteur économique n’est pas négligeable. Avec 40 000 transactions réalisées et des ventes estimées à 3 millions de dollars (2,6 millions d’euros) en seulement quatre jours, la légalisation pourrait s’avérer très lucrative pour l’État, qui n’a donc pas intérêt à voir les boutiques spécialisées mettre la clé sous la porte. Surtout aussi peu de temps après avoir légiféré.

La commission fiscale de l’État du Nevada devrait donc voter une nouvelle réglementation le 13 juillet prochain.

(via giphy)

(Via giphy)

Publicité

Traduit de l’anglais par Sophie Janinet

Par Justina Bakutyte, publié le 12/07/2017

Pour vous :