AccueilÉDITO

Disparition de "croix chrétiennes" sur des yaourts à la grecque : la députée Valérie Boyer envoie un courrier à Carrefour

Publié le

par Astrid Van Laer

Lundi 11 septembre, la députée LR des Bouches-du-Rhône Valérie Boyer a adressé un courrier au PDG de la marque Carrefour pour l’interroger au sujet de la disparition des croix chrétiennes sur l’emballage de yaourts à la grecque vendus par l’entreprise de grande distribution.

Lundi 11 septembre, Valérie Boyer, élue de la 1e circonscription des Bouches-du-Rhône, a fait parvenir un courrier au PDG de Carrefour, Alexandre Bompard, afin de lui "manifester [son] étonnement". En cause : la disparition de croix chrétienne sur l’emballage de yaourts à la grecque vendus par la marque, ce qui semble agacer la députée : "Pourquoi avoir supprimé les deux croix sur les conditionnements ? Au nom de la diversité religieuse ?"

L’ancienne édile du 6e secteur de Marseille explique l’objet de sa lettre : "Carrefour a fait disparaître les croix des deux coupoles de l’Anastasis de l’église grecque orthodoxe du village d’Oïa sur certains produits de la marque 'Carrefour', notamment sur les paquets de yaourts brassés à la grecque." Valérie Boyer voit dans cette démarche ce qu’elle considère être une forme de "christianomépris", arguant que les produits halals fabriqués par la marque ont quant à eux conservé le croissant musulman :

"Vous avez choisi d’apposer le croissant musulman sur l’ensemble de vos produits 'halal'. N’est-ce pas ici un signe religieux ? […]

Votre démarche renforce le christianomépris et donne raison à celles et ceux qui cherchent à supprimer les croix à l’entrée de nos cimetières, les crèches de Noël dans nos bâtiments publics, les processions dans nos villages, les fêtes chrétiennes dans nos calendriers, la galette des Rois dans nos écoles…"

Valérie Boyer poursuit son argumentation, évoquant le christianisme comme étant "socle culturel de la France" et assurant qu'"être laïque, ce n’est pas renier les racines chrétiennes de la France."

Valérie Boyer, une grande histoire de croix

Au-delà d’une histoire de yaourts à la grecque, Valérie Boyer ravive le débat sur la laïcité et les signes ostentatoires religieux. Plutôt ironique si l’on se rappelle que l’ancienne porte-parole de François Fillon avait fait l’objet d’une petite polémique en 2016. À l’occasion d’interviews données après le débat opposant les candidats de la primaire de la droite et du centre, cette dernière portait autour du cou une croix arménienne très visible.

Invitée sur le plateau de France 2 pour commenter le débat qui venait d’avoir lieu, elle portait alors le pendentif. Critiquée dans les médias et sur les réseaux sociaux, Valérie Boyer répondit qu’elle ne l’enlevait jamais. Cependant, quelques heures plus tard, lors de son passage sur BFMTV, cette dernière avait disparu…

À lire -> Pour la rentrée, François Fillon a trouvé un nouveau job… dans la finance

À voir aussi sur konbini :