AccueilÉDITO

Disneyland a ses propres gangs

Publié le

par Théo Chapuis

La simple passion ne suffit plus : de nombreux fans de Disneyland américains se regroupent en "social clubs", véritables gangs où les amoureux de Disney arborent vestes de motards, tattoos et patches.

(Crédits image : micechat.com)

Pour certains d'entre nous, Disney est bien plus qu'un studio de cinéma qui a bâti sa gloire sur quelques dessins animés bien troussés. C'est une institution, un monde à part avec ses propres règles, une grande famille universelle... quasiment une religion. Rassurez-vous : vous n'êtes plus seul. La preuve avec ces fans de Disneyland américains, regroupés en "social clubs", et qui arborent des couleurs dignes de gangs de motards.

C'est le site Ozy.com qui met en lumière cette pratique particulière rencontrée au parc Disneyland de Anaheim, en Californie et où de nombreux visiteurs, venus en groupes, portent fièrement des vestes en jean couvertes de pins et patchées du nom de leur "gang" d'adorateurs de Mickey Mouse. On y trouve souvent leur personnage préféré en back-patch [grand patch recouvrant l'arrière de la veste, ndlr].

Se rassembler entre fans, d'accord. Mais comment trouver le nom de son club ? Faites comme les Jungle Cruisers, les Hitchhikers, les Wonderlanders ou encore les Walt's Misfits : choisissez un nom en rapport avec votre attraction préférée

Les Neverlanders seraient les premiers à s'être affichés de telle manière. Aujourd'hui, ils seraient près d'une vingtaine de clubs à se différencier par leurs vestes, mais aussi des tatouages, piercings et autres attributs empruntés à d'autres sous-cultures. Rockabilly, punk... selon la radio américaine, les membres de ces clubs seraient nombreux à être impliqués dans d'autres scènes où s'habiller de manière non-conformiste est chose commune.

L. Aggro Harrington est un membre du gang le plus populaire : les Main Street Elite. Il explique les raisons de tels rassemblements :

Nous voulions rencontrer des personnes qui souhaitent autant se rendre [à Disneyland] que nous-mêmes. Des gens comme nous : de jeunes parents qui s'intéressent au cinéma, à la musique, à la mode, aux tattoos et aux modifications corporelles.

L'une des imageries fréquemment employées par les Main Street Elite représente un Mickey Mouse couvert de tatouages old-school, une identité graphique empruntée aux communautés psychobilly, garage ou encore punk (Crédits image : Main Street Elite)

Le sens de l'accueil

Ils sont des fans, des vrais. Mais ils se veulent aussi inclusifs, arborant de telles couleurs uniquement pour témoigner de leur passion, pas pour se considérer comme une quelconque élite.

Dans ces clubs, aucune distinction de sexe, d'âge, de race ni d'orientation sexuelle. Entre eux, une seule règle : être amoureux de l'univers Disney et être capable de se rendre à des meetings organisés au parc. Ensuite, un club, c'est un peu une famille : écoute et entraide sont de rigueur entre les membres de ces communautés.

Mais ces clubs puisent des codes de l'univers des redoutables gangs de motards : avant d'entrer dans un club, on est désigné en tant que "prospect" (sorte d'apprenti) pour effectuer une période d'essai. Ainsi, ces clubs gardent-ils aussi la hiérarchie que l'on peut trouver dans Sons Of Anarchy avec président, membres officiels et prospects.

Fallait pas l'inviter ?

Mais la direction n'est pas certaine de voir l'arrivée massive de ces gangs du meilleur oeil. "Ils rendent les autres visiteurs plutôt inconfortables lorsqu'ils sont en groupe", explique à NPR un salarié du parc. "Mais il y a aussi des familles. Ces clubs sont devenus si gros qu'ils comptent en leur rang tous les types de visiteurs que vous pouvez imaginer [se rendre à Disneyland]".

Pourtant, ces groupes de fans restent des passionnés. Des amoureux de l'univers Disney qui cherchent à partager leur hobby avec d'autres personnes. S'ils se réapproprient l'imagerie des bikers - qui ne terrorise plus personne depuis longtemps -, c'est pour mieux se reconnaître entre eux et éprouver leur passion pour l'univers de Mickey Mouse au travers d'une communauté. Au fond, ce pour quoi les parcs Disneyland existent : s'amuser.

Si vous souhaitez tout savoir sur cette tribu un peu spéciale, suivez les comptes Instagram des Hitchhikers, sur le site Diney Geekery ou bien encore sur le tumblr des Main Street Elite.

À voir aussi sur konbini :