Des "pussy hats" en laine pour manifester contre Donald Trump

Un collectif féministe veut doter des milliers de participants de la Marche des femmes du 21 janvier de bonnets roses en forme d'oreilles de chat.


Ce vendredi 20 janvier, Donald Trump succède officiellement à Barack Obama, à l'issue de sa cérémonie d'investiture à la présidence américaine. En réaction, une Marche des femmes contre lui est organisée, demain à Washington, afin de dénoncer le sexisme du nouveau président. Et parmi les manifestantes, des milliers pourraient bien porter des bonnets de laine rose bonbon.

Ces tricots ne seront pas anodins, loin de là. Il s'agit d'une idée du "Pussyhat Project", comprenez en français le "projet du chapeau-chatte". Cette initiative est née de deux féministes américaines : Krista Suh, scénariste, et Jayna Zweiman, architecte à Los Angeles.

Publicité

Les deux copines se sont lancées une "mission" : inciter le plus de gens possible à tricoter des bonnets roses en forme d'oreilles de chat pour les 200 000 personnes attendues à la manifestation anti-Trump de Washington (sans oublier toutes celles qui participeront aux 616 "marches sœurs" organisées dans le reste du monde).




Pussyhat grabs back knitting party #womensmarchonwashington #pussyhats #womensrightsarehumanrights

Une photo publiée par Julia Brokaw (@juliabonz) le


Quelques stars ont apprécié l'idée et se sont montrées sur les réseaux sociaux en arborant ce bonnet symbolique, dont l'actrice Krysten Ritter de la série Netflix Jessica Jones, la mythique Patti Smith, ou encore la comédienne hilarante et engagée, Amy Schumer :

Publicité

"You can grab them by the pussy"

Ce Pussyhat Project est bien évidemment un jeu de mot avec le terme "pussy", qui signifie à la fois chaton mais aussi... "chatte" (l'organe génital féminin, quoi). En octobre 2016, le 45e président des États-Unis avait créé le scandale quand une vidéo datant de 2005 avait été diffusée par le Washington Post.

On l'entendait, juste avant de descendre d'un bus qui l'amenait au plateau de tournage de son émission de téléréalité de l'époque, parler des femmes de manière absolument dégradante voire sordide. Les fondatrices du Pussyhat Project ont voulu faire référence à cette désormais célèbre phrase :

"Quand tu es une star, elles te laissent faire. Tu peux les attraper par la chatte, tu fais tout ce que tu veux."

Publicité

Par Juliette Geenens, publié le 20/01/2017