AccueilÉDITO

Des étudiants imaginent un sac à plantes pour lutter contre la pollution

Publié le

par Jeanne Pouget

Afin de remplacer le classique masque couramment utilisé dans les villes très polluées, cinq étudiants néerlandais ont imaginé une alternative. The Plant Bag (le sac à plante) serait composé d’un filtre en aloe vera pour absorber la pollution de l’air.

Une jeune femme porte un masque relié à un sac à dos dans lequel se trouve un système de purification d'air à base de plantes (capture d'écan YouTube Papers World).

Il s’agit d’une belle idée qui pourrait changer la vie de millions d'urbains. Avec The Plant Bag, des étudiants de l’université de Technologie de la ville de Delft, aux Pays-Bas, ont remporté un concours de design organisé dans le pays. Leur invention, repérée par l’agence AFP et relayé par 20 minutesrepose sur un sac à dos muni d'un filtre antipollution qui aspire l'air et le fait transiter par les racines d'une plante avant de le conduire, via un système de tuyauteries, vers la bouche du porteur.

Encore au stade d’expérimentation

Ce projet qui pourrait bien séduire des villes dont la pollution atmosphérique atteint un stade préoccupant, comme c’est le cas en ce moment dans le Nord-Est de la Chine par exemple. Il pourrait remplacer le classique masque couramment utilisé par les cyclistes et autres habitants soucieux de préserver leur santé.

À première vue, l'enjeu est beau et le prototype facile à réaliser. Mais est-il utilisable en l'état ? Pour des experts de l’Institut de météorologie des Pays-Bas, dont les propos sont rapportés par 20 minutes, il semblerait que ce soit un petit peu plus compliqué que cela.

Selon eux, le design est à repenser car le filtre du sac éliminerait à lui tout seul les particules fines, rendant ainsi la présence des plantes inutile. Un détail que les étudiants pourraient prendre en compte, et qui ne met pas en cause, sur le fond, l'ingéniosité de leur idée.

À lire : Un artiste chinois a récolté la pollution avec un aspirateur pour en faire une brique

À voir aussi sur konbini :