Des chercheurs sur la piste d'un vaccin contre la dépendance à la cocaïne

Contre la cocaïne et ses ravages, des scientifiques brésiliens sont en quête d'un vaccin qui inhiberait les effets euphorisants de la substance.

capture_decran_2015-09-17_a_17.08.04

© Miramax Films

Cela fait deux ans et demi qu'une équipe de chercheurs brésiliens planche sur un vaccin bien particulier : un remède contre la dépendance à la cocaïne. Et ils semblent près du but. "Nous avons développé une molécule qui stimule le système immunologique pour produire des anticorps contre la cocaïne", a indiqué le lundi 5 septembre à l'AFP le professeur Angelo de Fatima, du département de chimie organique de l'université fédérale de Minas Gerais (UFMG), l'un des deux responsables de l'étude.

Publicité

Comment ça marche ? Angelo de Fatima explique : "Ces anticorps vont séquestrer la cocaïne et l'empêcher d'arriver au cerveau en réduisant les effets euphorisants de la drogue, ce qui conduit l'utilisateur à perdre l'intérêt pour la cocaïne." Pour l'heure, la molécule n'a été testée que sur des animaux et aucune date d'expérimentation sur des êtres humains n'est encore à l'ordre du jour.

D'après Angelo de Fatima, son équipe n'est pas la seule dans le monde en quête d'un sérum contre la cocaïne. Aux États-Unis, d'autres chercheurs cherchent à développer un vaccin dans le même but, mais ne travaillent pas sur la même molécule. Le site Pourquoi Docteur rappelle que si le fait de se faire vacciner contre une addiction et non une maladie peut paraître surprenant, l'équipe américaine de Kim Janda mène des travaux depuis la fin des années 2000 à ce sujet.

Lutte contre le crack

Le vaccin de l'équipe d'Angelo de Fatima serait destiné en priorité aux usagers de crack (dérivé bon marché de la cocaïne, et fléau des quartiers défavorisés), à ceux qui en font la demande pour se couper de leur addiction, voire à être en prévention chez les enfants et les adolescents, rapporte Le Point.

Publicité

Le Brésil est l'un des pays les plus touchés par le trafic de cocaïne, avec une consommation quatre fois supérieure à la moyenne mondiale d'après l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC).

Par Théo Chapuis, publié le 06/09/2016

Copié

Pour vous :