Reconstitution du fossile MPCM-LH-26189 – Crédit : Nature Communications, article #937

Découverte d’un fossile d’oisillon vieux d’au moins 100 millions d’années 🐣

Il mesure moins de 5 cm et son squelette a été ausculté grâce à des technologies très pointues.

Reconstitution du fossile MPCM-LH-26189. (© Raúl Martín/Nature Communications/CC)

La découverte de ce minuscule squelette a très probablement réjoui l’équipe internationale de chercheurs examinant de près Las Hoyas, un gisement de fossiles du Crétacé inférieur (bien lointaine période allant de -146 à -100 millions d'années) situé au centre de l’Espagne. Un article paru dans Nature Communications le 5 mars dernier nous en fournit les raisons.

Publicité

Le fossile en question, MPCM-LH-26189, est celui d’un oisillon ayant appartenu à une sous-classe d’oiseaux préhistoriques à dents, les énantiornithes. Sa particularité : l’oiseau, à qui appartenait ce squelette, est mort presque après sa naissance. Est-ce que c’est triste ? Eh bien non, du moins pas pour les chercheurs.

Car observer un oiseau à un stade aussi précoce est une occasion rare d’en savoir plus sur l’ostéogenèse de ces animaux, autrement dit sur la formation de leurs os. Informations précieuses qui permettent ensuite d’affiner les hypothèses sur l’apparition des premiers oiseaux.

Le fossile. (© Nature Communications/CC)

Publicité

Que sait-on de ce bébé oiseau vieux d’au moins 100 millions d’années ? Il ne mesurait pas plus de 5 cm, possédait 34 ou 35 vertèbres et était probablement "nidicole", comme le rapporte Le Figaro : sauf imprévu, ses parents se sont occupés de lui à sa naissance – contrairement aux oiseaux "nidifuges" qui quittent le nid dès la naissance. Bref, un Tanguy plutôt qu’un Oliver Twist.

Science et Avenir attire notre attention sur le fait que l’étude de cet oisillon ancestral n’aurait pu se faire aussi précisément sans l’aide d’un instrument aussi pointu qu’impressionnant : le synchrotron européen de Grenoble (ESRF), une source extrêmement puissance de rayons X destinée, entre autres, à la microtomographie, une technique non-destructrice permettant de modéliser en 3D l’objet étudié, avec une précision pouvant passer sous la barre du micron.

Par Pierre Schneidermann, publié le 07/03/2018

Pour vous :