AccueilÉDITO

Les placebos soulageraient aussi les chagrins d’amour

Publié le

par Alexandra Phanor-Faury

Une bonne alternative aux médicaments : l’impression de prendre soin de soi.

<em>"Un chagrin d'amour : <a href="https://www.youtube.com/watch?v=z-sXHFzcdiI" target="_blank">putain que ça fait mal</a>."</em> (© Fox Searchlight Pictures)

Tous ceux qui ont déjà eu le cœur brisé savent à quel point l’expérience peut être douloureuse. Toutefois, selon une récente étude, menée à l’université du Colorado et publiée dans le Journal of Neuroscience, la perception de la douleur peut être diminuée en utilisant un placebo, c’est-à-dire en administrant un faux médicament à un patient.

Si la recherche médicale n’a cessé de souligner l’efficacité de certains placebos pour soulager la douleur, cette étude est la première à essayer l’effet placebo sur le chagrin d’amour. Quarante volontaires, récemment victimes de chagrin d’amour, ont participé à cette étude. Placés dans une machine à IRM, on leur a montré des images de leur ex, tout en leur demandant de parler de leur douleur et des émotions produites par leur rupture.

On leur a ensuite demandé d’évaluer leur degré de douleur sur une échelle allant de 1 à 5. Les participants ont également dû évaluer la souffrance physique produite par l’exposition de leur avant-bras à différents degrés de chaleur. Il s’est avéré que les zones du cerveau sollicitées par la douleur physique et la douleur émotionnelle étaient identiques.

La souffrance est réelle sur le plan neurochimique

Dans un communiqué de presse qui annonce l’étude, Tor Wager, professeur de psychologie et de neurosciences l’université du Colorado à Boulder, affirme que cette "souffrance est réelle, d’un point de vue neurochimique". Le placebo, un spray nasal de sérum physiologique, a été administré chez la moitié des participants. On leur a dit qu’il s’agissait d’un "analgésique puissant réduisant la douleur émotionnelle de façon efficace". L’autre moitié savait qu’il s’agissait d'un sérum physiologique.

Les chercheurs ont montré que les participants "soignés" avec le placebo réagissaient mieux à la douleur émotionnelle et physique. Aucun changement n’a été constaté chez l’autre groupe. Ce qui montre le pouvoir de la perception de la guérison sur les chagrins d’amour, selon le scientifique :

"Rien que le fait de se saisir du problème et d’essayer quelque chose qui vous donne de l’espoir peut aider. Dans certains cas, la composition chimique du médicament importe beaucoup moins qu’on ne le pensait."

L’étude prouve également que la rupture amoureuse peut être l’une des pires expériences émotionnelles que l’on puisse connaître. La prochaine fois que vous vous faites méchamment larguer, souvenez-vous que le fait de vous dire que ça va permet de guérir.

À lire -> La science a enfin compris pourquoi vos lacets se détachent tout seuls

À voir aussi sur konbini :