(Crédits image : Europics)

Daech : sept règles vestimentaires pour cloîtrer les femmes sous leur voile

La tenue vestimentaire d'une femme sous le joug de Daech tiendrait en sept points exclusivement, diffusés sur des affiches à Mossoul en Irak, et désormais peut-être à Syrte en Libye. De quoi revenir sur la misogynie radicale de la société prônée par le prétendu Etat islamique.

Tout ce que peuvent porter les femmes vivant sous le régime de Daech tient sur ce panneau (Mossoul, avril 2015, source inconnue)

Tout ce que peuvent porter les femmes vivant sous le régime de Daech tient sur ce panneau (Mossoul, avril 2015, source inconnue)

Les caractéristiques du voile sont les suivantes :

À voir aussi sur Konbini :

Pour voir les vidéos Konbini, merci de désactiver AdBlock.

il doit être épais et non transparent ;
il doit être lâche ;
il doit recouvrir l’ensemble du corps ;
il ne doit pas être élégant ;
il ne doit pas ressembler aux tenues des hommes ou des femmes infidèles ;
il ne doit pas être attrayant ou attirer l’attention ;
il ne doit pas être parfumé

Voilà ce qu'on pouvait lire sur un panneau d'affichage planté à Mossoul, ville d'Irak contrôlée par Daech, aussi connu sous le nom d'Etat islamique, concernant le strict code vestimentaire autorisé aux femmes. En sept points, les hommes du califat auto-proclamé indique la manière conforme de porter le voile : la femme doit être couverte d'un tissu chaste et lâche de la tête aux pieds, sans le moindre artifice supplémentaire. Début avril, l'information était vite relayée sur les réseaux sociaux et faisait le tour du web accompagné de la même photo à chaque fois, reproduite ci-dessus.

Aujourd'hui, une information reprise tant par Courrier International que BFMTV fait état du même panneau apparu cette fois-ci non pas dans la péninsule du Moyen-Orient mais au Maghreb : Daech en Libye aurait publié un "reportage photo" le 15 juillet "sur son activité de placardage d’affiches au contenu religieux dans les rues de Syrte", selon le site source, MEMRI, qui se présente comme "L'observatoire du Moyen-Orient".

Publicité

Comme seul élément de justification de cette information, une autre photographie de la même affiche que celle révélée en avril est reproduite par le site internet – sans qu'on puisse identifier toutefois la source de celle-ci, uniquement créditée "Syrte, juillet 2015". La voici.

Source inconnue, seulement créditée "Syrte, juillet 2015" par MEMRI

Source inconnue, seulement créditée "Syrte, juillet 2015" par MEMRI

Si on ne doute pas de la rigueur imposée aux femmes vivants sous le régime d'Abou Bakr al-Baghdadi, le site MEMRI qui propage l'info ne jouit pas d'une réputation d'acteur des médias indépendant. Créé en 1998 par un ancien agent des services secrets israélien, il a été épinglé par plusieurs sources (The Guardian, Le Monde Diplomatique, mais aussi un ex-responsable de la CIA par exemple) pour son manque d'impartialité. Pourtant, la véracité de cette information serait loin d'être une surprise.

Publicité

La question du traitement des femmes par Daech est un sujet qui fascine, qui inquiète... et qui fait fantasmer. Si on sait que l'islam rigoriste pratiqué par les djihadistes sunnites impose aux femmes une tenue austère et uniforme, on s'inquiète aussi du nombre d'enlèvements et de viols collectifs reporté par des acteurs du terrain comme Amnesty International ou les Nations Unies.

Des témoignages atroces, comme "Le but de Daech était de ne laisser aucune fille vierge" dans Libération, ont rempli les colonnes des journaux, décrivant une stratégie de conquête qui passait non seulement par le fil de l'épée, mais aussi par les abus et l'esclavage sexuels, ainsi que le trafic de femmes. La communauté des Yézidis, minorité persécutée non musulmane, en aurait été la première touchée. Daech a capturé au moins 3 000 femmes et filles en Irak en 2014 seulement.

A lire -> Libérées de Daech, des femmes laissent tomber le voile

Photo des brigades Al-Khansa, selon le Daily Mail qui reproduit l'image sans la créditer

Photo des brigades Al-Khansa, selon le Daily Mail qui reproduit la capture d'écran d'une vidéo de propagande diffusée par Daech

Le mariage à 9 ans

Les femmes du prétendu Etat islamique sont contrôlées par des lois très rigides. Pour les faire respecter, les membres des brigades Al-Khansa, la milice féminine de Daech, rédigeaient un rapport intitulé "Les femmes et l’État islamique, manifeste et étude de cas" en janvier.

Traduit en anglais, celui-ci estime par exemple que "le modèle adopté par les infidèles en Occident a échoué à la minute où les femmes ont été "libérées" de leur cellule dans la maison". Il ajoute qu'il est "légitime pour une fille de se marier à 9 ans. Les filles les plus pures seront mariées à 16 ou 17 ans, tant qu'elles sont toujours jeunes et actives". Dans ce même texte, il est conseillé aux garçons de le faire vers l’âge de 20 ans.

Il est également ordonné aux femmes de ne quitter la maison que dans des circonstances bien précises comme étudier l'arabe coranique (surtout de sept à neuf ans), la religion (jusqu’à quinze ans) et l’apprentissage des tâches ménagères et maternelles. Plus tard, elle pourra le faire si elle devient médecin ou enseignante pour filles, ou bien, cas extrême, si "une fatwa déclare qu'elle doit se battre" pour le jihad en cas de manque d'effectifs masculins.

Une dernière citation pour la route :

Tout comme les hommes, les femmes ont été créées pour peupler la terre. Cependant, par la volonté d'Allah, elles sont faites par Adam et pour Adam. Le créateur a décidé qu’il n’y avait pas de plus grande tâche pour elles que d’être l'épouse d'un homme.

A méditer, hein.

Par Théo Chapuis, publié le 20/07/2015

Copié

Pour vous :