AccueilÉDITO

Le CSA sanctionne Touche pas à mon poste en privant l’émission de publicité

Publié le

par Louis Lepron

(© Youtube C8)

Une première.

Ce mercredi 7 juin, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a enfin réagi. Le CSA a ainsi annoncé interdire à la chaîne C8 de diffuser pendant Touche pas à mon poste "des séquences publicitaires, ainsi que 15 minutes avant et 15 minutes après sa diffusion".

Une décision qui prendra effet pendant trois semaines au cours de ce mois de juin, et qui s’attaque directement au portefeuille de C8, les émissions de Cyril Hanouna représentant près de 50 % des revenus publicitaires de la chaîne.

Deux séquences en cause

Deux séquences sont visées par le CSA. La première trouve son origine le 3 novembre 2016. Ce soir-là, le spectateur est témoin d’un chroniqueur, Matthieu Delormeau, victime d’une caméra cachée, croyant qu’il fait partie d’une histoire de meurtre.

L’autorité française de régulation explique à ce propos :

"En diffusant cette séquence, C8 a gravement méconnu son obligation de faire preuve de retenue dans la diffusion d’images susceptibles d’humilier les personnes."

Et de préciser que le chroniqueur a été placé "dans une situation de détresse et de vulnérabilité manifeste pendant toute la durée de l’émission". La deuxième séquence remonte au 7 décembre dernier, diffusée dans le cadre de la chronique de Jean-Luc Lemoine, intitulée "4/3" et présentant les moments "off" de la production de TPMP. Qu’est-ce qu’on y voit ? Cyril Hanouna demandant à Capucine Anav de deviner, les yeux bandés et la main accompagnée par l’animateur, certaines parties de son corps :

"Je vais te faire toucher une partie de mon corps, ferme les yeux, tu vas trouver ce que c’est…"

Rien d’extraordinaire jusque-là. C’est alors que l’animateur profite de cette situation pour lui mettre la main… sur son pénis. Comprenant ce qui lui arrive, Capucine Anav le repousse, mime en revenant vers le plateau qu’Hanouna a perdu la tête puis est interrogée par Isabelle Morini-Bosc, ce qui nous donne ce dialogue hallucinant :

"– Il t’a mis la main sur son sexe ?

– Oui, comme d’hab'."

Le CSA considère que "que cette scène méconnaissait les dispositions de la loi […] qui lui donnent la responsabilité de lutter contre les stéréotypes, les préjugés sexistes, les images dégradantes et les violences faites aux femmes". Le 23 novembre 2016, le gendarme de l’audiovisuel avait déjà décidé de lancer une procédure de sanction contre Touche pas à mon poste, annonçant "une mise en garde et une mise en demeure à l’encontre de l’éditeur de la chaîne C8".

Récemment, l’émission de Cyril Hanouna avait à nouveau provoqué la polémique, en piégeant des homosexuels. Plus de 25 000 plaintes avaient été portées à la connaissance du CSA, qui a également ouvert une procédure contre C8.

À voir aussi sur konbini :