AccueilÉDITO

Le CSA estime que W9 a eu raison de flouter le T-shirt de Black M

Publié le

par Arthur Cios

Capture d’écran du clip « Je suis chez moi » de Black M (© Sony Music)

Ah bah, dans ce cas-là alors...

Capture d'écran du clip "Je suis chez moi" de Black M. (© Sony Music)

Alors que la justice patine sur l'affaire Adama Traoré, dont les deux frères ont été condamnés à de la prison ferme pour "violences, menaces et outrages présumés" contre les forces de l'ordre lors d’un récent rassemblement à Beaumont-sur-Oise, voilà que le CSA revient pointer le bout de son nez avec une autre partie de l'histoire qui a néanmoins son importance.

En septembre dernier, plusieurs internautes remarquaient que les T-shirts portés par Black M et Youssoupha dans le clip de "Je suis chez moi" étaient floutés lors de sa diffusion  sur W9.

En cause, le message inscrit dessus : "Justice pour Adama, sans justice vous n'aurez jamais la paix." Pas le truc somme toute le plus agressif ni subversif.

Mais assez pour pousser la direction de la chaîne du groupe M6 à censurer la chose, se justifiant ainsi après les nombreux messages sur les réseaux sociaux :

Chargement du twitt...

Faible justification, mais passons. Le Huffington Post nous apprend que le Conseil représentatif des associations noires, le Cran, avait alors saisi le CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel), qui vient de rendre son avis dans un communiqué. Citant un article de la convention de W9, le conseil estime que la chaîne avait raison de procéder à un floutage.

"Le Conseil a considéré que, dès lors que le message flouté faisait référence à une affaire judiciaire en cours, il ne pouvait être reproché aux responsables de la chaîne d’avoir usé de précautions dans le cadre de la diffusion d’une vidéomusique, programme durant lequel il n’est pas possible de présenter l’ensemble des faits dans leur contexte.

Dans ces conditions, le Conseil n’a pas estimé approprié d’intervenir auprès des responsables de la chaîne."

Voilà.

Un message qui paraît pourtant inoffensif

Dans un article intéressant, Libération avait, au moment de l'affaire, demandé à une avocate spécialisée en droit des médias, Danielle Elkrief, pourquoi un tel message pouvait causer tant de remous. Elle expliquait alors que c'est la deuxième partie du message qui pouvait s'avérer problématique, dans le sens où :

"Le T-shirt ne dit pas 'il n’y aura jamais la paix' ou 'rencontrons-nous', mais 'vous n’aurez jamais la paix' [...]. Dans un autre contexte, on se serait dit que son message était un débat philosophique, incitant à réfléchir sur cette question. Ce qui a basculé, c’est l’état d’urgence et le contexte global. Dans le climat actuel, ça pourrait être mal interprété, même si à mon sens ça ne se voulait pas de cet ordre. [...]

M6 et W9 n’ont aucune obligation de s’autocensurer [...]. À mon sens, ils ont pris l’initiative pour anticiper éventuellement une réclamation du CSA. Ça tient aussi à la cible de W9, qui est très jeune, très perméable aux messages."

Le quotidien rappelait également que la chaîne aurait aussi bien pu ne flouter que la seconde partie du message, mais bon, on n'est jamais trop prudent. Il est tout de même triste de constater ce type d'autocensure dans le paysage audiovisuel français et un message comme celui-ci bloqué de la sorte.

À voir aussi sur konbini :