AccueilÉDITO

En Italie, les couples homosexuels pourront bientôt s'unir devant la loi

Publié le

par Juliette Geenens

DSC_7383.NEF

Le gouvernement italien autorisera, dès ce soir, mercredi 11 mai, l'union civile des couples homosexuels.

Dans <em>Free Love</em>, Ellen Page et Julianne Moore se battent pour faire reconnaître leur union. (© Bac Films)

C'était le dernier grand pays d'Europe occidentale qui ne reconnaissait aucun statut aux couples homosexuels. Ce mercredi 11 mai, l'Italie a adopté l'union civile pour les couples de même sexe. Selon l'AFP, le Parlement italien a donné son accord au gouvernement, aujourd'hui, à la création d'une loi autorisant les homosexuels à s'unir, via deux mesures.

La première est la mise en place d'un statut pour toutes les personnes en concubinage, quelle que soit leur orientation sexuelle. La seconde, nommée "formation sociale spécifique", est réservée, uniquement, aux couples homosexuels. Dans les termes de ce "contrat", les couples s'engagent à s'assister l'un l'autre, au niveau moral et matériel, bénéficient désormais d'un droit de visite à l'hôpital, peuvent toucher la pension de réversion (soit l'indemnité en cas de décès d'un des conjoints), obtenir un titre de séjour pour le partenaire étranger, et ont la possibilité de prendre le nom du ou de la concubin/e. La loi sera officiellement votée dans la soirée.

Une "Manif pour tous" italienne en février dernier

Le feu vert du Parlement concernant ce texte n'a pas été facile à obtenir pour le gouvernement. Le Premier ministre, Matteo Renzi, se réjouit donc de cette nouvelle loi : "C'est un jour de fête aujourd'hui," déclare-t-il sur sa page Facebook.

Cette union civile a été discutée avec le Sénat, puis votée en février dernier, après des mois de débat avec le Parlement et les citoyens. Il y a trois mois, l'Italie, elle aussi, a eu droit à sa "Manif pour tous". D'après Libération, des dizaines de milliers de personnes ont protesté dans les rues de Rome, contre l'union entre personne du même sexe et l'adoption homoparentale. Le Sénat a donc revu les conditions de la loi, pour finalement céder à l'union civile mais pas au droit d'adopter les enfants des conjoints, et n'a pas pris en compte l'obligation de fidélité, qui existe dans le cas des mariages hétérosexuels. Une révision que déplorent les associations LGBT.

"Encore une fois, on nous traite comme des gens différents, regrette un étudiant dans les colonnes de Libération. Nous n’avons pas le même droit au mariage. L’Italie reste en retard de vingt ans sur les autres pays."

À voir aussi sur konbini :