@https://www.youtube.com/watch?v=ARHTtAv2vhg

"Contre le Sida, donnez de l’amour", la nouvelle campagne de sensibilisation d’Aides

À l’occasion de cette Journée mondiale de lutte contre le Sida, l’association Aides a lancé une nouvelle campagne pleine de poésie qui encourage à la solidarité.

Pour cette Journée mondiale de lutte contre le Sida, l’association Aides a lancé sa nouvelle campagne de sensibilisation et d’appel aux dons. Parce que le VIH reste un problème de santé publique majeur en France, où il y a plus de 6 000 nouvelles contaminations chaque année, Aides a conçu une affiche et une vidéo encourageant à poursuivre la lutte contre le virus du VIH avec l’agence TBWA\Paris.

Publicité

Lutter contre "la persistance d’une ignorance et de préjugés importants"

Le court texte propose deux lectures possibles, pour dire que "rien ne devrait remplacer l’amour", et sera diffusé sur les réseaux sociaux avec le hashtag #donnezlamour, ainsi qu’en presse et en affichage. La campagne pleine de poésie vise aussi à sensibiliser aux discriminations dont les personnes vivant avec le VIH sont encore victimes.

Ce mardi 28 novembre, France Info a précisément révélé les résultats d’un sondage réalisé pour l’association Aides par l’institut CSA.

Il montrait, selon Aides, "la persistance d’une ignorance et de préjugés importants en matière de transmission du VIH", à commencer par la stigmatisation des personnes séropositives. Car si près de neuf Français sur dix considèrent qu’une personne séropositive sous traitement peut vivre "comme tout le monde", la côtoyer est une autre affaire.

Publicité

16 % des personnes qui ont un emploi seraient ainsi gênées de travailler avec un collègue séropositif, et la proportion atteint jusqu’à 30 % chez les 18-24 ans. Un Français sur dix n’aimerait pas être soigné dans le même cabinet médical que celui d’un autre patient atteint du Sida, et dans 49 % des cas, c’est à cause de la "peur des risques de contamination".

Pour cause : le virus et les avancées thérapeutiques qui ont été faites semblent encore méconnus. Seuls 2 % des Français interrogés ont intégré le fait qu’une personne séropositive sous traitement et indétectable depuis plus de six mois ne peut transmettre le virus.

16 % des personnes qui ont un emploi seraient ainsi gênées de travailler avec un collègue séropositif, une proportion qui atteint jusqu’à 30 % chez les 18-24 ans. Par ailleurs, un Français sur dix n’aimerait pas être soigné dans le même cabinet médical que celui d’un autre patient atteint du virus du VIH, et dans 49 % des cas, c’est à cause de la "peur des risques de contamination".

Publicité

Une façon d’encourager à la solidarité

Le virus et les avancées thérapeutiques qui ont été faites semblent ainsi encore méconnus : seuls 2 % des Français interrogés ont intégré le fait qu’une personne séropositive sous traitement et indétectable depuis plus de six mois ne peut transmettre le virus.

Avec la campagne "Donnez l’amour", l’association veut donc mobiliser contre la stigmatisation des personnes séropositives, comme Aurélien Beaucamp, président d’Aides, l’a expliqué :

"Il s’agit pour nous de remobiliser l’opinion et d’appeler à soutenir le combat de notre association contre le virus du Sida, mais aussi contre la haine et la stigmatisation. La lutte contre le Sida a toujours été porteuse de valeurs fortes, au premier rang desquelles la solidarité. Solidarité avec les personnes qui vivent avec le virus, solidarité avec les personnes vulnérables, solidarité avec nos amis·es des pays du Sud."

Publicité

Par Mélissa Perraudeau, publié le 01/12/2017

Pour vous :