AccueilÉDITO

Selon une étude, le cannabis serait moins dangereux que l'alcool au volant

Publié le

par Aline Cantos

Le gouvernement américain vient de faire paraître une étude controversée attestant d'un risque d'accident de la route moins important sous weed que sous l'influence de l'alcool.

La National Highway Traffic Safety Administration a ainsi rendu récemment les résultats de son enquête sur l'influence des drogues et de l'alcool sur la conduite. Les résultats sont surprenants et semblent aller à l'encontre de tous les préconçus de l'imaginaire collectif.

(Capture d'écran de l'étude de la National Highway Traffic Safety Administration)

Bien sûr, pour le bien commun, la voiture ne doit être utilisée que lorsque son conducteur est sobre. Cependant, l'étude va jusqu'à affirmer que le risque d'accident ne varie quasiment pas selon si le conducteur a consommé du cannabis ou s'il est parfaitement sobre.

Alors qu'un taux d'alcoolémie de 0,05% (soit 50 milligrammes par 100 millilitres de sang) fait septupler le risque d'accident, le cannabis n'influerait que beaucoup moins. Les statistiques concernant cette drogue et ses risques liés à la conduite ne sont cependant pas déterminées formellement, ce qui remet grandement en question la légitimité de cette étude.

Des résultats encore instables

L'alcool semble plus prévisible que la drogue. Pour autant, la réaction de chacun au THC, molécule aux propriétés psychoactives présente dans le cannabis, semble actuellement trop aléatoire pour être correctement étudiée. L'étude en question récuse l'absence d'implication totale du cannabis dans les accidents de la route mais parle tout de même d'un risque plus léger que celui attribué par le sens commun.

Les États-Unis, pays qui légalise la marijuana dans quelques-uns de ses États, en est encore aux balbutiements de la gestion de cette drogue. Cette étude, qui vient rassurer les populations sur les dangers du cannabis dans l'espace public partagé par les usagers, reste pourtant clivante et mobilise les antis.

Grâce à une autre étude effectuée par le même organisme, les opposants à la légalisation du cannabis s'emparent d'un argument afin de montrer les dangers de la légalisation : le nombre de conducteurs positifs au cannabis durant les nuits du week-end est passé de 8,6 à 12,6% entre 2007 et 2014 sur les routes du Colorado.

Cependant, les effets de cette augmentation, somme toute logique à la suite de la légalisation, restent à relativiser. En l'absence d'une meilleure connaissance des effets du cannabis, il est encore impossible de juger de façon définitive des risques de la conduite après sa consommation.

À voir aussi sur konbini :