AccueilÉDITO

Une compagnie aérienne va commencer à utiliser du biocarburant

Publié le

par Jeanne Pouget

(©Modes Rodríguez/Flickr)

La compagnie aérienne hongkongaise Cathay Pacific a annoncé qu’elle utiliserait des biocarburants issus de déchets sur certains vols long-courriers à partir de 2019. 

(©Modes Rodríguez/Flickr)

La compagnie Cathay Pacific espère utiliser très prochainement un mélange de carburants conventionnels et de biokérosène, selon une information du South China Morning Post rapportée par 20 Minutes. Un type de carburant plus vert et plus durable que la compagnie souhaite lancer sur ses vols long-courriers entre Hong-Kong et les États-Unis d'où le biokérozène est issu.

En effet, Cathay a commencé à investir dans les biocarburants en 2014, à travers la société américaine Fulcrum BioEnergy, qui transforme les déchets solides de municipalités en biokérosène. Une avancée majeure dans le transport aérien qui permettrait de réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre des avions, mais aussi les dépenses des compagnies aériennes face aux coûts exorbitants du kérosène classique.

Réduire les émissions de carbone de 80 %

"Ces carburants auront une empreinte carbone plus basse que les carburants fossiles, à un prix compétitif par rapport aux carburants traditionnels", explique Jeff Ovens, le directeur de Cathay chargé des biocarburants.

De quoi mettre tout le monde d'accord ! Mais loin d'être uniquement philanthrope et écolo, la compagnie Cathay pense aussi gros sous. En effet, l'instabilité du cours du pétrole place souvent les compagnies aériennes dans des situations économiques inconfortables. Au premier semestre 2016, la compagnie avait perdu 4,49 milliards de dollars hongkongais (536 millions d’euros) à cause d'achats de kérosène trop onéreux. Un problème qui devrait être réglé avec du biocarburant à coûts moins aléatoires :

"Les biocarburants de l’aviation vont jouer un rôle clé chez Cathay et dans la quête de l’industrie pour des émissions moindres", ajoute Jeff Ovens.

Cathay espère ainsi réduire ses émissions de carbone de 80 %. Vivement le futur !

À voir aussi sur konbini :