AccueilÉDITO

"Chaîne de blocs", "pair à pair", "cybermonnaie" : la Commission de terminologie frappe à nouveau

Publié le

par Thibault Prévost

Après avoir francisé une salve de termes liés au lexique du jeu vidéo, la Commission de terminologie s’est attaquée aux monnaies virtuelles.

(© Antana/Flickr/CC)

Hyperjoueurs, hyperjoueuses, nerds en tout genre et passionnés de nouvelles technologies, sachez que le français ne vous a pas abandonnés. Alors certes, tel un Sisyphe de la sémantique poussant éternellement le rocher de la langue de Molière le long de la montagne des anglicismes sans jamais en atteindre le sommet, notre belle et glorieuse langue ne parviendra probablement jamais à concurrencer l’angliche pour tout ce qui est open space, game designers, SEO, art directors ou pro gamers, mais l’essentiel est de ne pas abandonner la lutte. Les maquisards de la Commission de la terminologie le savent et continuent fièrement à transmuter le franglais contemporain – c’est tout à leur honneur – malgré la vanité de leur entreprise.

Après avoir accouché, le mois dernier, de 20 nouveaux mots liés au jeu vidéoNumerama rapporte que la Commission vient de publier dans le Journal officiel une nouvelle flopée de termes qui gravitent cette fois-ci… autour des monnaies virtuelles, preuve s’il en est qu’il faudra compter avec le Bitcoin à l’avenir – eh non, la Commission n’a pas francisé "Bitcoin" car c’est une marque déposée. Si vous aviez l’habitude d’entendre ou d’utiliser les termes "blockchain" (le système anonyme et sécurisé qui régit les transactions effectuées en Bitcoin), "cryptocurrency" (pour parler de ces différentes monnaies alternatives) ou "peer-to-peer" (pour évoquer le transfert de fichiers d’un utilisateur à un autre), vous devrez désormais dire "chaîne de blocs", "cryptomonnaie" et "pair à pair" si vous voulez rester en phase avec la réglementation de la Commission (qui s’applique surtout aux entreprises).

Parmi les autres créations de la Commission, plus anecdotiques, on retrouve "block validation", "mining" et "proof of work", qui deviennent respectivement "validation de bloc", "minage" et "preuve de travail". Contrairement à la précédente vague de francisation de termes, ces nouveaux mots sont majoritairement des traductions littérales, et leur adoption ne devrait donc pas poser trop de problèmes – à vrai dire, cette démarche ne fait qu’officialiser des francisations "logiques", presque réflexes, pour quelqu’un qui ne maîtrise pas parfaitement l’anglais. Une expression comme "minage de Bitcoin" est même déjà largement utilisée dans la presse spécialisée et généraliste, et des termes français vernaculaires existent déjà pour parler du Bitcoin et de ses dérivés, comme "monnaie cryptographique" ou "cyber monnaie". Pas de révolution à l’horizon, donc, mais toujours une belle volonté de faire résister le français face au tsunami mondialisé des anglicismes. Rien que pour ça, chapeau.

À voir aussi sur konbini :