AccueilÉDITO

Voilà comment fuir une conversation de merde en soirée

Publié le

par Le Sociologue

Pour sa nouvelle collaboration avec Konbini, le sociologue notoire Steeve Bourdieu, fondateur du site Le Sociologue, vous donne des stratagèmes pour vous sortir d’un moment bien chiant : lorsque vous êtes au piège d'une discussion de merde, en soirée. 

L’humain assimile généralement la "teuf" à des petits moments de bonheur. Malheureusement la "teuf" n’est pas exempte de tout risque comme, par exemple, s’étouffer dans son vomi ou encore consommer du GHB à son insu après qu’un individu mal intentionné l’a mis dans votre verre afin de vous violer dans vos fesses.

Mais en soirée, il existe un danger plus terrible encore : se retrouver coincé dans une conversation de merde. Steeve a donc enquêté : dans quelles circonstances se produit-elle ? Existe-il des moyens de lutter contre ce fléau ? A qui profite le crime?

Un reportage signé Steeve de la Villardière.

I. Comment se produit "la conversation de merde" en soirée ?

Peu importe où elle prend place (bar, boite, soirée d’appartement, etc.), la conversation de merde est difficile à anticiper car elle s’installe toujours de manière sournoise. Voici le schéma classique :

Des images qui font froid dans le dos. En fait, l‘erreur de Mike est la suivante : le fait que Steeve soit pote avec son pote Brad ne signifie pas pour autant que Steeve allait vouloir en savoir plus sur la passion de Mike pour le "crossfit".

Contrairement à l’adage : "les amis de tes amis ne sont pas tout le temps tes amis" . Disons plutôt que "les amis de tes amis ont parfois le charisme d’une fécondation ratée entre une biscotte Heudebert et un gant de toilette".  J’ai donc nommé ce théorème : la non-transitivité du charisme.

II. La conversation de merde : reconnaître les symptômes

En fait, là où c’est terrible, c’est plus la conversation de merde dure et plus votre interlocuteur prend la confiance et continue de parler. Or vous êtes mortel, chaque seconde compte ! Une étude du célèbre hebdomadaire The Economist a montré que la durée de la conversation de merde est d’ailleurs inversement proportionnelle à l’espoir en l’humanité qui anime votre coeur.

En témoigne ce schéma :

(Source : The Economist)

L’idée est donc d’apprendre à reconnaître rapidement les signes d’une conversation de merde qui s’installe afin de tuer dans l’oeuf ce cercle vicieux. Aussi, Steeve a t-il pu identifier trois symptômes qui ne trompent pas :

  1. Ladite conversation vous fait le même effet qu’écouter un discours de François Bayrou après une raclette;
  2. Vous n’éprouvez absolument aucune forme de plaisir à argumenter en faveur ou contre votre interlocuteur sur un sujet qu’il a lancé sans demander votre avis;
  3. Enfin, parfois, votre interlocuteur vous touche quand il vous parle.

Si vous ressentez l’un de ces trois symptômes, plus de doute : vous êtes de toute évidence embarqués dans une véritable conversation de merde.

III. Une situation où tout le monde ressort perdant

Le problème c’est que cette situation de conversation de merde n’arrange personne :

  • Mike, à l’initiative, qui persiste à vivre dans un univers parallèle dans lequel il estime être intéressant pour son prochain alors qu’en réalité, absolument pas;
  • Steeve, la victime, qui risque le claquage de cortex au fur et à mesure que la conversation s’éternise alors que le bonheur (rire avec des vrais potes, séduction, conversations cools) voltige à quelques mètres…
  • Enfin l’entremetteur Brad qui risque de perdre la confiance de Steeve à tout jamais.

Un cercle de méfiance s’est installé entre vous et Brad qui vous a abandonné avec le terroriste Mike.

IV. Comment survivre ? Le kit d’astuces 

Deux cas se distinguent pour mettre fin à la conversation de merde en soirée.

Cas n°1 : si vous êtes un Maître Jedi => La force salvatrice

Cas n°2 : si vous n’êtes pas un Maître Jedi de la force

Bien évidemment, si vous n’êtes pas un Maître Jedi de la Force, difficile de faire fi comme ça des conventions sociales (ce qu’on appelle encore la "politesse" ou le "respect") en expliquant à Mike que vous n’aviez certainement pas effectué tout ce chemin pour passer 30 minutes de votre précieux temps à l’entendre discourir sur les "bienfaits des prot’ (= protéines) sur ses quadriceps".

J‘ai cependant pu identifier des stratagèmes pour fuir une conversation de merde sans paraître un petit fils de pute de snob. Ceux-ci reposent en grande partie sur la méthode "Joker" de Jean-Pierre Foucault :

i) Stratagème du 50/50 : 

Dites simplement : "Attends, je reviens, je vais pisser, à toute". C’est peut-être votre dernier mot Jean Pierre… en tout cas vous l’espérez ! Le "je reviens, à toute" n’étant qu’un leurre destiné à vous dédouaner de toute tentative de fuite. C’est un 50/50 car il y a 50% de chances que cela ne fonctionne pas et que votre interlocuteur rétorque "vas y moi aussi, je te suis" afin de "poursuivre cette conversation passionnante". Renchérissez alors par "en fait je vais poser ma pêche !" . S’il dit "moi aussi", alors appelez la police.

ii) Stratagème de L’Appel à un Ami 

Fakez de répondre à un appel urgent. L’enjeu est de trouver une excuse valable et surtout crédible. Comme sur l’exemple ci-dessous :

C’est important de ne pas laisser croire à Mike que vous le fuyez.

iii) Stratagème de l’avis du Public

Une stratégie qui fonctionne surtout pour les soirées en appartement : dès qu’un individu passera à proximité, alpaguez-le en lançant : "Bah tiens John tu vas pouvoir nous aider, on se demande avec Mike : à ton avis c’est quoi le mieux ? Le Crossfit ou la Gym suédoise?" . Mike renchérira et John, obligé de répondre, sera pris au piège. Vous pourrez alors vous esquiver sournoisement, laissant Mike faire une nouvelle victime #ASTUCE

iv) Stratagème du Switch 

Enfin, vous avez l’option du Switch : switchez le sujet de la conversation par un bonne grosse anecdote de merde. L’idée est de devenir vous même l’instigateur d’un nouvelle conversation de merde et de faire fuir l’interlocuteur.

Si Mike semble également volubile sur ce nouveau sujet de merde, proposez à monsieur pot de colle de continuer cette conversation en vous rapprochant des enceintes afin de ne plus rien entendre. Soit, vous n’aurez plus de tympans, mais vous serez à nouveau capable de ressentir le bonheur. #ASTUCE

V. Conclusion

Oui, la conversation de merde peut être évitée, mais cela requiert des capacités d’anticipation de Maître Jedi. Sinon pour le commun des mortels, il faut remercier Jean-Pierre Foucault. Notez bien que personne n’est à l’abri d’être soi-même à l’initiative d’une conversation de merde en soirée. Prudence donc sur la longueur des conversations et vos thèmes de prédilections (ex : le quinoa ou vos missions de consulting #TOLERANCEZERO). Allez, à bientôt en soirée.

À voir aussi sur konbini :