Comment l’émoji règles a subi deux déculottées

L’histoire d’une culotte évocatrice, édulcorée en simple goutte de sang.

© Plan International / Konbini

Les émojis ont la réputation d’être progressistes. Au fil des années, on a effectivement assisté à davantage de représentations de la diversité (pensons, par exemple, aux efforts menés en faveur des couples mixtes, du hijab ou des personnes handicapées).

Publicité

Les émojis ont également montré qu’ils étaient pacifistes, en témoigne la transformation progressive de l’émoji revolver en pistolet à eau. Enfin, sur un tout autre terrain, on a pu constater qu’ils étaient de moins en moins pudiques, en témoigne l’arrivée prochaine de l’émoji pied (oui, un pied ça peut effrayer) et de l’émoji papier cul.

Pourtant, au beau milieu de ce mouvement d’ouverture, une revendication semble ne pas passer, celle de l’émoji règles, retoqué à deux reprises par le consortium Unicode qui, basé à San Francisco, adoube ou bannit les prétendants dans la plus grande confidentialité. Le premier refus a d’abord eu lieu en 2016, le second très récemment, en juillet 2018.

Six émojis et une défaite

En mai 2016, l’entreprise suédoise Bodyboard soumet au consortium Unicode six émojis différents, censés chacun évoquer plus ou moins directement les règles. Le fond de la démarche est le suivant : les pictogrammes pourraient contribuer à briser tabous, silences, gênes et hontes que peuvent ressentir les femmes, jeunes ou moins jeunes, à parler de leurs menstruations. Plus de 4 000 personnes signent la pétition associée à cette campagne baptisée "femojis". Le dossier de candidature, que le consortium ne validera pas, est archivé ici.

Publicité

© Bodyboard

L’Histoire aime se répéter

Rebelote en mai 2017. À son tour, l’ONG Plan UK lance une campagne d’envergure en faveur d’un émoji règles. Il est proposé aux internautes de voter pour l’un des cinq dessins ci-dessous. L’émoji gagnant, lui et uniquement lui, sera soumis au consortium. Avec 18 700 votes, l’émoji culotte arrive en toute première place.

Les cinq émojis proposés par le Plan International UK. En haut à droite, le grand gagnant.

Publicité

En juillet dernier, l’ONG fait savoir que la petite culotte a été rejetée. Face à ce refus, Plan International UK dégaine une contre-proposition. À la place de la culotte évocatrice, une simple et très neutre goutte de sang (aussi étrange que cela puisse paraître, l’émoji goutte de sang ne fait pas encore partie de nos claviers).

L’émoji de substitution proposé au consortium

Dans le dossier de candidature, "Blood Drop" (en VO), les menstruations ont perdu leur apanage et sont invoquées au coude à coude avec deux autres arguments complètement différents : l’importance culturelle de la représentation du sang et la référence aux transfusions sanguines. Le dossier est d’ailleurs corédigé par le "NHS Blood and Transplant", une ONG anglaise militant pour les dons de sang et d’organes.

Publicité

Sur son site web, Plan International UK justifie ainsi sa goutte de sang :

Nous sommes encore attachés à notre culotte. Vraiment. Mais nous pensons que la meilleure manière, désormais, d’obtenir un émoji règle, c’est en proposant une goutte de sang au Consortium Unicode […]

À l’avenir, nous ferons une nouvelle candidature et nous continuons d’espérer un émoji règle pour les filles et les femmes partout dans le monde.

La goutte de sang a finalement été approuvée par le consortium à la fin du mois de juillet 2018. Il ne s’appellera pas "Blood Drop" mais "Drop of Blood".

Un émoji raté ?

N’ayant pas réussi à joindre l’Unicode, nous ne connaîtrons pas les raisons précises de ces deux refus. Tout au plus aurons-nous une micro-indication concernant la première campagne. Sur une obscure page motivant les refus, nous pouvons lire : "There was insufficient support to add this to the candidate list for 2017". "Insufficient support" signifiant, très vaguement, que l’émoji n’a pas reçu un soutien suffisant de ses examinateurs.

Toutefois, nous avons recueilli l’avis de l’une des sommités du petit monde des émojis, Jennifer 8. Lee, cofondatrice d’Emojination (une association qui aide tout un chacun à faire valoir ses émojis auprès du consortium) mais également conseillère spéciale émojis auprès du consortium, chargée des "recommandations".

Son avis sur l’émoji culotte, qu’elle nous donne à titre personnel et non au nom de l’Unicode, est sans appel :

"La culotte avec la tache de sang est un émoji horrible. Il n’est pas réussi et il ne représente pas vraiment les règles. Pour moi, c’est juste un sous-vêtement avec du sang. À mon avis, combiner une goutte de sang avec d’autres émojis est une meilleure option."

À quelles combinaisons d’émojis notre spécialiste fait-elle référence ? Le dossier de candidature "Blood Drop", cité plus haut, nous fournit quelques pistes :

6 propositions de combinaisons pour parler de ses règles… Pas sûr que le destinataire comprenne vraiment ces associations retorses.

Filles et femmes du monde entier devront donc patienter encore un peu pour parler en images, sans fard et sans pudeur, de ce sujet.

Par Pierre Schneidermann, publié le 28/08/2018

Copié

Pour vous :