AccueilÉDITO

Selon un dealer, voici la principale raison pour laquelle les gens consomment de la cocaïne

Publié le

par Fanny Hubert

Les utilisateurs de cocaïne sont non seulement plus nombreux, mais ils prendraient également la poudre blanche car ils n'arrivent pas à communiquer avec les autres.

Trainspotting

Le conseil consultatif sur les abus de drogues nous apprenait récemment que l'utilisation de cocaïne avait triplé durant ces vingt dernières années, comme le rapporte The Independent. La popularité de cette drogue avait également augmenté chez les personnes de tout âge confondu. Cela est principalement dû au prix de la cocaïne qui ne cesse de baisser, au même titre que sa qualité qui se dégrade de plus en plus.

Aujourd'hui, un reportage mené par Andy Jones pour Vice UK fait part d'un autre constat très alarmant. Les consommateurs de cocaïne prennent de plus en plus cette poudre blanche car ils n'arrivent plus communiquer avec les autres d'une autre manière...

Un dealer de 29 ans raconte ainsi dans l'article :

Je deale à des fêtes, je m'assois et je ne peux pas croire combien ces gens sont ennuyeux. Ils sont tellement accro à la technologie qu'ils s'assoient et se contentent de regarder leur téléphone toute la nuit.

La qualité de la drogue ne semble pas perturber les consommateurs. Même si les grammes ne contiennent qu'un faible pourcentage de cocaïne (et sont parfois coupés avec de l'anesthésiant dentaire), l'effet reste le même. Pour le dealer, cela fonctionne comme un placebo : "C'est juste après avoir pris quelques lignes qu'ils semblent capables de parler face à face. C'est comme un placebo."

À lire : Lettre ouverte d’une fêtarde berlinoise à ses amis cocaïnomanes

Le manque de communication n'est pas l'unique raison

Consommer de la drogue n'est pas seulement pour pallier une difficulté à communiquer avec les autres. L'ouvrage Philosophie pratique de la drogue, écrit par Patrick Pharo, sociologue et directeur de recherche au CNRS, donne des éléments de réponses pour expliquer comment les consommateurs en sont venus à tomber dans la dépendance. Le magazine Sciences Humaines a résumé le livre dans un article et voilà ce que l'on peut en retenir.

Patrick Pharo a interrogé 25 personnes âgées de 25 à 75 ans qui ont toutes été addict soit à l'alcool, à la marijuana ou à des drogues plus dures comme l'héroïne et la cocaïne. À travers leur témoignage, il ressort que la prise de drogue peut provenir d'un terrain héréditaire favorable, d'une influence ou d'une transgression du milieu social ou de "conflits psychologiques intérieurs".

Dans tous les cas, la consommation était voulue et relevait d'une action parfaitement consentante. La principale motivation est de se libérer d'un quotidien qui devient trop pesant d'où une propension à se servir de paradis artificiels. Pharo appelle cela "une faille de la liberté". L'entrée de la dépendance est au départ choisie.

Quand il s'agit de sortir de l'addiction, c'est là que la lutte devient difficile. Seulement 4 personnes sur les 25 interrogées ont réussi à s'en sortir par leurs propres moyens. Les autres ont eu recours à des aides comme celle apportée par les Alcooliques Anonymes. Mais la personne qui se drogue doit compter aussi et surtout sur sa volonté pour s'en sortir.

À voir aussi sur konbini :