À Berlin, ce sont les voisins qui devront s'adapter, pas les clubs

Journaliste basé à Berlin, Vincent Glad nous a envoyé une nouvelle chronique. Après la grande chaîne berlinoise de l'amitié nue entre inconnus, il nous parle aujourd’hui de la difficile cohabitation entre monde de la nuit et riverains dans la capitale allemande.

Sisyphos, Berlin © Vincent Glad

Les clubs, d'abord. Pour les habitations, on verra ensuite. La mairie de Berlin veut mettre en place une nouvelle règle : avant de construire un immeuble, les promoteurs devront s'assurer qu'aucun club n'est situé à proximité, en consultant une carte des établissements de nuit. S'ils veulent vraiment construire, ce sera à eux de s'adapter, en insonorisant les nouveaux logements.

Publicité

La capitale allemande veut défendre un de ses plus grands patrimoines : sa vie nocturne. "Notre objectif est que Berlin reste palpitant et sauvage", a déclaré le 2 juin Andreas Geisel, responsable du développement urbain à la mairie de Berlin. Les autorités veulent éviter que de nouveaux clubs soient fermés à cause de ce dangereux fléau que sont les voisins. Les établissements de nuit pourraient devenir une sorte d'espèce naturelle protégée dans la faune berlinoise.

Le King Size obligé de fermer

La cohabitation entre le monde de la nuit et les riverains est de plus en plus compliquée. Berlin n'est plus l'immense squat qu'il était à la chute du Mur et le nombre d'espaces vierges dans le centre-ville s'est considérablement réduit ces dix dernières années. De grands noms de la nuit berlinoise subissent régulièrement les foudres du voisinage : le SO36, le Lido, le Yaam ou encore la Kulturbrauerei.

Le 23 avril, le King Size, un bar de nuit de la Friedrichstrasse, équivalent berlinois du Baron parisien, a dû fermer ses portes après cinq années de fêtes légendaires, harcelé par les plaintes des voisins. S'attaquer aux clubs, c'est aussi et avant tout s'attaquer au tourisme. Berlin est devenu la troisième ville la plus visitée d'Europe, notamment grâce aux nuées d'EasyJet qui débarquent tous les week-ends pour faire la fête.

Publicité

Dimitri Hegemann, fondateur du séminal Tresor en 1991, devenu un club à touristes, connaît bien le sujet: "Je pense que 60% des visiteurs viennent à Berlin pour la culture alternative — et pas pour faire du shopping dans des centres commerciaux. Des Rolex, vous pouvez aussi en acheter à Dubaï, mais des clubs comme dans notre ville vous n'en trouverez nulle part ailleurs", déclarait-il récemment au Tagesspiegel.

Une carte des clubs berlinois à travers le temps

Pour préserver cette exception culturelle, Musicboard, une initiative de la mairie berlinoise en faveur de la musique, vient de présenter un très officiel "cadastre" des établissements de nuit de la capitale allemande. Cette carte doit permettre aux autorités de n'autoriser des permis de construire que si ceux-ci n'empiètent pas sur le monde de la nuit.

Le cadastre, accessible en ligne, est un formidable document pour qui s'intéresse à la scène berlinoise. Mais attention, prévient Katja Lucker, directrice générale de Musicboard, cette carte "n'est pas faite pour donner des bons plans aux touristes".

Publicité

carte

Carte tirée du site www.clubkataster.de

Sous réserve de ne pas faire le touriste, donc, il est aussi possible de remonter dans le temps et de voir la géographie des clubs telle qu'elle était il y a cinq ans ou à la chute du Mur — même si de nombreux clubs illégaux des années 90 ne sont pas encore répertoriés.

Le cadastre de 2015 montre une grande concentration des lieux de fête à l'Est, dans les quartiers de Kreuzberg et de Friedrichshain, le long de la Spree, des espaces encore "sauvages" où les voisins se font rares. C'est là que sont installés la majorité des clubs techno : le Berghain, par exemple, est planté au milieu d'une anonyme zone industrielle, à côté d'un magasin d'usine Metro.

Publicité

L'Ouest a complètement disparu de la carte

D'après les chiffres fournis par le cadastre, le quartier qui a connu la plus grosse saignée est Mitte. Le quartier, aujourd'hui largement embourgeoisé, était en ruines à la chute du Mur. Ce sont dans ses espaces abandonnés que s'est développée la scène techno dans les années 90.

Aujourd'hui, Mitte compte 93 clubs fermés pour seulement 32 encore ouverts. À l'inverse, on dénombre 26 établissements ouverts à Kreuzberg, contre 23 fermés. L'Ouest a complètement disparu de la carte, à l'image du quartier de Schöneberg (où vivait David Bowie) qui n'a plus de 4 clubs, pour 18 fermés.

Kater Blau © Vincent Glad

À Berlin, les clubs ferment mais rouvrent souvent ailleurs. Le mythique Bar 25 a fermé en 2010, avant de réapparaître sur l'autre rive de la Spree sous le nom de Kater Holzig (lui-même fermé en 2014). Aujourd'hui, le Kater Blau, héritage des deux clubs précédents, a repris l'emplacement de l'ancien Bar 25.

La surprenante fermeture du Stattbad

Cette initiative de la mairie — qui ne reste pour l'instant qu'une belle déclaration d'intention — intervient dans un climat morose. La scène berlinoise a la gueule de bois depuis que le Stattbad, un des meilleurs clubs techno de la ville, situé dans une ancienne piscine, a soudainement fermé mi-mai.

Et cette fois-ci, ce ne sont pas les voisins qui sont à blâmer. Suite à une dénonciation anonyme, la mairie d'arrondissement a découvert que l'établissement (pourtant mondialement connu) faisait office de club, ce qui n'était pas prévu dans le permis de construire. De gros problèmes de sécurité anti-incendie ont par ailleurs été constatés. Le Stattbad a annoncé avoir besoin de plus d'un an de travaux pour s'adapter, mais l'établissement pourrait ne jamais avoir le droit de rouvrir. Une fermeture qui laisse des doutes quant aux réelles intentions des autorités berlinoises.

Par Vincent Glad, publié le 04/06/2015

Copié

Pour vous :