AccueilÉDITO

En 5 jours, Londres a atteint sa limite de pollution atmosphérique pour 2017

Publié le

par Théo Mercadier

Le taux légal de pollution a été atteint en un temps record par la capitale anglaise. Une véritable catastrophe pour la santé publique qui nécessite des mesures d'exception.

(Source : Wikipedia Commons / ©londrescity)

Et bonne année ! Selon la législation britannique, le niveau de dioxyde d'azote ne doit pas dépasser les 200 μg/m3 plus de 18 fois en une année, comme le rapporte le Guardian. Un chiffre que Londres a atteint le 5 janvier et qui semble aujourd'hui relever de l'utopie. En 2016, certaines zones de la capitale comme Putney High Street avaient ainsi explosé ce taux de pollution pas moins de 1 200 fois, les relevés étant opérés toutes les heures par l'organisme London Air.

En cause, le trafic surchargé de la capitale britannique, qui pousse aujourd'hui le maire de la ville, Sadiq Khan, à imaginer un interdiction des véhicules diesel dans le centre de Londres, un projet qu'ont récemment adopté Paris, Madrid, Athènes ou encore Mexico City. Car les voitures diesel sont les cancres de la pollution automobile : elles émettent dix fois plus de particules nocives qu'un moteur à essence classique et 97% de ces véhicules dépassent la limite d'émission autorisée.

"Urgence pour la santé publique"

Face à l'ampleur du problème Sadiq Khan aégalement décidé de doubler les fonds destinés à lutter contre la pollution, portant ainsi à 875 millions de livres sterling (environ 1 milliard d'euros) le budget annuel qui lui est consacré. Un plan massif qui contraste avec les politiques menées jusque-là par le gouvernement britannique, politiques qui avaient d'ailleurs été jugées par deux fois illégales par la Cour Suprême du Royaume-Uni du fait de leur trop faible impact.

Une situation alarmante qui pousse les députés britanniques à parler "d’urgence pour la santé publique". En 2016, on estime que 50 000 personnes sont décédées prématurément du fait de la pollution atmosphérique et une étude a fait un lien entre la proximité avec un axe routier polluant et le développement de démences. Des conséquences catastrophiques qui pourraient bien s’accentuer en 2017 si rien n’est fait au plus vite

À voir aussi sur konbini :