AccueilÉDITO

Pour le gouvernement chinois, un boyfriend étranger est un espion potentiel

Publié le

par Thibault Prévost

Le gouvernement chinois a lancé une campagne pour décourager ses fonctionnaires de fréquenter des étrangers, qui pourraient menacer la sécurité nationale.

Jusque-là, Xiao Li vivait un véritable conte de fées. Fonctionnaire dans l'administration centrale à Pékin, la jeune femme rencontre David, un élégant chercheur universitaire occidental aux cheveux roux, qui porte comme personne la chemise négligemment boutonnée. Boy meets girl, le coup de foudre est immédiat. David est doux, attentionné, généreux, romantique, bref, c'est l'idylle.

Alors quand David demande à Xiao Li de lui passer quelques documents administratifs pour l'aider dans ses recherches, comment refuser? Xiao Li sait bien que c'est un peu illégal, mais David est si gentil... sauf que David est un espion de l'Occident, qui disparaît sitôt les documents récupérés. Escortée par la police et interrogée menottes aux poignets pour complicité de trahison, Xiao Li, en larmes, réalise qu'elle va probablement finir en cabane pour un bout de temps.

L'histoire serait grotesque si elle n'était pas placardée, sous la forme d'une bande dessinée en 16 cases, sur les murs de la capitale chinoise. Depuis quelques jours, rapporte CNN, le gouvernement chinois a lancé une grande campagne de sensibilisation visant à décourager ses fonctionnaires (apparemment, seules les femmes seraient concernées, après tout il n'y a qu'elles pour tomber amoureuses) de fricoter avec des étrangers, qui pourraient se révéler être des James Bond en puissance et menacer le sécurité nationale.

Une fuite de 150 000 documents classés

Le poster, qui porte la signature du ministère de la Sécurité de l'État, fait partie d'une campagne de sensibilisation générale qui coïncidait avec le premier "Jour de l'éducation à la sécurité nationale" du pays, organisé le 15 avril dernier dans un contexte bien particulier. Cette semaine-là, le gouvernement chinois a prononcé la peine de mort à l'encontre d'un homme accusé d'avoir fait fuiter 150 000 documents classés vers une puissance étrangère inconnue. Depuis, Pékin a adopté une attitude prudente (pour ne pas dire un tantinet paranoïaque).

Xiao Li et David s'en vont au parc fomenter une opération d'espionnage international. (via CNN)

Du côté de la population, rapporte CNN, la réaction oscille entre incrédulité et détachement. "On n’y croit pas du tout, affirme Tou, une étudiante pékinoise. Beaucoup d'entre nous ont des petits amis étrangers, et on ne pense pas une seconde que ce sont des espions." De toute façon, tout le monde n'a pas l'élégance et le charme d'un James Bond voire, mieux encore, d'un Hubert Bonnisseur de la Bath.

À voir aussi sur konbini :