En Chine, des chauffeurs Uber jouent les fantômes pour arnaquer les usagers

En Chine, les conducteurs Uber se montrent très inventifs pour gagner quelques yuans grâce à des arnaques insolites.

uber-ghost-drivers-scam-1_colorcorrected

© Capture d'écran Weibo.

Quand on commande un Uber, on reçoit habituellement le profil du conducteur avec son prénom, sa photo et celle de son véhicule. Le journal chinois The Paper a remarqué ces derniers mois plusieurs plaintes d'utilisateurs chinois d'Uber évoquant des chauffeurs à l'aspect étrange sur l'aperçu qui apparaît sur leur mobile une fois la réservation effectuée : des visages cadavériques, lèvres noires et teint blafard, qui par leur look de fantôme ont dernièrement fait fuir plus d'un passager. Ces photos singulières auraient pour but d'effrayer l'utilisateur, car s'il annule la course qu'il vient de commander, le chauffeur récupère quelques yuans de frais de résiliation, tout ça sans se déplacer.

Publicité

Mais l'expression "Uber fantôme" ne vient pas uniquement de l'arnaque à la photo de profil. La seconde escroquerie pratiquée par les conducteurs d'Uber chinois consisterait, selon The Paper, à accepter une course tout juste commandée, avant de dire à l'application que le passager est bien monté à bord, alors que ce n'est pas le cas. Le chauffeur annule alors la course quelques mètres plus loin, alors que le compteur est déjà monté à 8 ou 15 yuans (1 ou 2 euros). Les passagers font rarement des réclamations pour si peu, mais dans le cas contraire, Uber peut les rembourser s'ils se plaignent.

uber-ghost-2_colorcorrected

© Capture d'écran Weibo.

Uber se la joue ghostbuster

Zhuang Chunhui, du département des relations publiques d'Uber Chine (qui vient de fusionner avec Didi, le leader local du marché des VTC), a expliqué au média anglophone chinois Sixth Tone que l'entreprise était en train "de collecter différentes preuves et de les transmettre au département de la sécurité publique". Elle a également déclaré que les usagers devraient signaler les incidents de ce type, qui seront remboursés. Le média américain Quartz a de son côté interrogé un porte-parole qui s'est montré bien plus ferme en déclarant : "Nous avons immédiatement agi en bannissant les comptes des fraudeurs signalés tout en continuant à enquêter et à réprimer tout comportement frauduleux afin de protéger les intérêts des passagers comme des conducteurs."

Publicité

Par Salomé Vincendon, publié le 22/09/2016

Copié

Pour vous :