AccueilÉDITO

Des chercheurs découvrent un "raccourci" pour changer l'herbe en biocarburant

Publié le

par Thibault Prévost

© Katerina Pavlickova/Unsplash

En injectant des bactéries dans l'herbe, une équipe scientifique a réussi à accélérer le processus pour la transformer en un biocarburant utilisable dans l'aviation.

© Katerina Pavlickova/Unsplash

Vous reprendrez bien un peu d'"herburant" pour votre bagnole autonome? Dans un futur plus ou moins proche, la révolution énergétique passera peut-être par la démocratisation d'un biocarburant produit par la transformation de... l'herbe. Si le processus est entièrement naturel et loin d'être inconnu de la recherche, son inconvénient est de prendre beaucoup, beaucoup de temps, un temps que l'être humain n'a pas s'il souhaite esquiver le rendez-vous gênant qu'il a lui-même provoqué avec l'apocalypse climatique. C'est là qu'entrent en jeu les travaux de chercheurs belges de l'université de Gand, qui viennent de démontrer une méthode efficace (et rapide) de production de biocarburant à partir de bon vieux gazon.

Selon le site d'info scientifique Phys.org, les chercheurs ont d'abord traité l'herbe pour la rendre plus facilement dégradable avant d'introduire une bactérie, le Clostridium (que l'on trouve, entre autres, dans l'estomac) pour convertir les sucres présents dans l'herbe en acide lactique qui, à son tour, sera converti en décane, notamment utilisé comme carburant dans l'aviation. Si le décane reste un carburant polluant, il devrait encore équiper les avions pendant quelques décennies avant qu'une alternative entièrement écolo soit trouvée, et dégoter une manière plus propre de le produire est déjà un pas en avant.

Selon les chercheurs, si la technique ne permet actuellement de produire que quelques gouttes de biocarburant, le processus serait déjà prêt à être répliqué à échelle industrielle. Et contrairement aux autres tentatives de biocarburant, comme le maïs (qui, en plus, serait plus polluant que l'essence in fine), l'herbe est disponible partout sous nos pieds.

À voir aussi sur konbini :