featuredImage

Chemsex : quand le mélange sexe et drogue se transforme en phénomène dangereux

De plus en plus de Britanniques, des hommes gays pour la plupart, se prêtent au jeu du "chemsex". Ces orgies de plusieurs jours qui mélangent sexe et drogue mettent leur santé en danger.

Une vie sexuelle saine et épanouie est l'un des fondements du bien-être. Les jeunes Britanniques sont également très enclins à prendre des drogues. Mais que se passe-t-il quand les deux se mélangent pour former une pratique addictive dangereuse ?

Le "chemsex" est un nouveau phénomène (ou plutôt un vieux en pleine expansion, avec un nouveau nom) qui consiste à avoir des rapports sexuels et prendre des drogues en même temps. Ce n’est pas nouveau, mais la consommation de drogue dans un contexte sexuel revient en force, et sous forme de pratique plus vicieuse que jamais.

A still from short film G O'Clock (Image: Mitchell Marion/Vimeo)

Capture d'écran du court métrage G O'Clock (© Mitchell Marion/Vimeo)

De plus en plus de Britanniques, des hommes gays pour la plupart, prennent part à ce mouvement. Derrière les portes closes du milieu gay, ces orgies sexuelles qui durent plusieurs jours et où les drogues circulent contribuent au développement des dépendances aux drogues et des addictions sexuelles.

Vous pouvez argumenter que c’était la norme dans les années 1960 et que ce phénomène n’a rien d’inquiétant. Après tout le sexe et les drogues consommées avec modération ne font de mal à personne, pas vrai ? Mais la multiplication des soirées chemsex a fait augmenter le risque de transmission du sida ou des hépatites, et le nombre de consommateurs de GHB (la drogue du violeur) et de méthamphétamine en cristaux. Certains disent même que le chemsex pourrait entraîner une "catastrophe sanitaire".

Le cercle vicieux de l'autodestruction

Plusieurs médias, comme le Telegraph, expliquent que la pratique a fortement augmenté ces dernières années : aujourd'hui, 60 % des personnes qui se rendent dans certaines des cliniques londoniennes disent avoir participé à des orgies sexuelles de 72 heures impliquant des drogues. Les associations LGBT et les autorités de santé s'inquiètent des répercussions que cette pratique pourrait avoir sur la santé de personnes déjà vulnérables. Le Dr Richard Ma, qui est responsable d'un groupe sur le sexe et les drogues au Royal College of General Practicioners (RCGP) a expliqué :

"Le chemsex est un modèle de consommation de drogue qui émerge rapidement, pas seulement chez les hommes qui ont des rapports avec des hommes comme on le présume souvent, mais aussi chez les patients hétérosexuels.

Prendre des drogues récréatives pendant l’acte sexuel peut entraîner un nombre d’effets secondaires potentiellement dangereux, comme faciliter la propagation de MST et du VIH, mais aussi accentuer des problèmes de santé sérieux, comme l’anxiété, les psychoses et les tendances suicidaires."

Les personnes qui pratiquent le chemsex, même si ça ne leur semble pas dangereux, jouent avec leur vie. Le mois dernier, un jeune homme de 18 ans du nom de Miguel Jimenez est mort dans son sommeil après une orgie avec son petit ami, l’avocat Henry Hendron.

Dans une conversation sur le chemsex sur Reddit, un utilisateur du réseau social explique qu’il avait l’habitude de prendre des drogues et d'avoir des rapports sexuels en même temps, mais qu'il faut prendre du recul pour se rendre compte des problèmes de cette pratique.

A still from Chemsex (Photo: Peccadillo Pics)

Capture d'écran du docu Chemsex. (© Peccadillo Pics)

Il explique que le parrain de son ex-petit ami, qui était accro aux drogues, lui avait expliqué que "la descente aux enfers est seulement visible par un observateur extérieur à la spirale". C'est ce qu’il a pu constater par lui-même :

"On ne réalise pas qu'on glisse avant de toucher le fond du trou et d'être incapable de remonter à la surface tout seul. Beaucoup de mecs que je connais ont essayé des drogues plus dures (la meth, le crack, l’héroïne) alors qu’ils étaient ivres ou défoncés, et se sont lancés là dedans, sans vraiment le choisir (en toute sobriété), et avant qu’ils ne le sachent, ils avaient glissé dans cette spirale autodestructrice."

Mais cet utilisateur de Reddit précise que la mode du chemsex n’est bien évidemment pas une réalité pour tous les hommes gays, que les LGBT et les hommes ne sont pas les seuls à tomber dans la spirale.

"Le stéréotype du gay qui participe à des orgies est probablement vrai pour je dirais au moins un tiers de la population gay, et le problème d’addiction à la méthamphétamine est probablement vrai pour un tiers ou un quart de ce tiers. Il doit y avoir environ 10 % des gay/bi/queer qui ont des sérieux problèmes d’addiction aux drogues, et c’est en effet un gros problème."

Dans cette même conversation, un autre utilisateur explique que le chemsex "endémique" est "littéralement partout". Si on n'observe pas de différences selon les communautés et les villes, la marginalisation des LGBT joue un rôle important.

Capture d'écran du docu Chemsex (© Peccadillo Pics)

Capture d'écran du docu Chemsex. (© Peccadillo Pics)

Pourquoi le chemsex ? 

La quête de l’intimité, du plaisir et du sentiment d’appartenance peut être ardue pour les LGBT, car ils ont l'habitude d'être marginalisés par la société, surtout sur les questions de relations et de santé.

Certains sont incapables de se souvenir de ce qu'ils ont fait de leur corps pendant ces orgies. Mais le cercle vicieux de l’autodestruction peut être attrayant pour les personnes en souffrance qui veulent satisfaire leurs besoins sexuels ou qui cherchent un peu de chaleur humaine. Le documentaire Chemsex sorti l’année dernière suggère que ce second cas de figure est plus fréquent. Mais ces personnes en quête d’affection se prêtent à un jeu dangereux.

Les réalisateurs du film, William Fairman et Max Gogarty, confient que le moment le plus dur du tournage fut "de réaliser que, pour la majorité de ces personnes, c’était la proximité et non le désir sexuel ni l’hédonisme qui était à l’origine de leur comportement".

A still from G O'Clock (Image: Mitchell Marion/Vimeo)

Capture d'écran de G O'Clock . (© Mitchell Marion/Vimeo)

Conscient qu’il faut agir vite, un centre de désintoxication à Londres a pris l’initiative de mettre en place une thérapie pour les personnes qui pratiquent le chemsex.

Le premier programme de ce genre en Europe, selon son fondateur, et ancien toxicomane, le DJ Fat Tony, a été mis en place dans le centre de désintoxication Allington House à Bournemouth, une ville située sur la côte sud de l’Angleterre.

Suite à la projection de G O’Clock, un court métrage sur le chemsex lors du festival Digital Pride qui se tient à Londres, le Gay Star News a discuté avec Tony de ce problème. Après avoir réalisé qu'il "mourrait" s'il ne soignait pas son addiction, il a martelé qu'il était nécessaire de mettre en place un programme pour les adeptes du chemsex. Il a fini par en créer un lui-même dans son vieux centre de désintoxication. Pour lui, il était nécessaire que les individus enclins à pratiquer le chemsex bénéficient de leur propre espace, loin des espaces hétéronormatifs.

A still from Chemsex (Photo: Peccadillo Pics)

Capture d'écran du docu Chemsex. (© Peccadillo Pics)

Dans le Gay Star News, Tony explique que dans un environnement où les hétérosexuels sont majoritaires, il peut être "difficile pour un homme gay d’être vraiment ouvert à un groupe de mecs hétérosexuels et d'admettre que '14 bites [l]’ont pénétré ce week-end'".

Se concentrer sur l’addiction aux drogues et les rapports sexuels malsains pourrait sauver ces personnes de la descente aux enfers. Car si le chemsex fait actuellement le buzz, il ne faut pas prendre à la légère un phénomène qui met des vies en danger.

Traduit de l'anglais par Hélaine Lefrançois.

Par Lydia Morrish, publié le 06/05/2016