Iceberg proche de l’Arctique capté en 2012 (© Creative Commons / NOAA’s National Ocean Service)

Nos chances de limiter le réchauffement à 2 degrés ne sont que de 5 % seulement

L’objectif fixé par les accords de Paris est, sans grande surprise, loin d’être réalisable.

Iceberg proche de l’Arctique capté en 2012. (© Creative Commons/NOAA’s National Ocean Service)

Pendant que Trump s’en fout du réchauffement climatique et que Macron brandit fièrement son slogan "Make our planet great again", une étude parue ce lundi 31 juillet dans le Nature Climate Change vient un peu plus enfoncer le clou concernant le sérieux de la situation.

Publicité

L’équipe de scientifiques basée aux États-Unis a simulé nos émissions de carbone liées à d’éventuelles évolutions démographiques dans les années à venir (les Nations Unis estiment ainsi que nous serons 11,2 milliards sur Terre d’ici 2100). Ils y expliquent que l’objectif fixé par les accords de Paris de ne pas dépasser les 2 degrés d’augmentation n’a que 5 % de chances de se produire − quand il n’y a que 1 % de chances d’atteindre 1,5 degré seulement. Donc bon. En réalité, l’augmentation devrait plutôt être "de 2 °C à 4,9 °C, avec une valeur médiane de 3,2 °C". Ah.

Sachant que leur étude n’est pas basée sur ce que l’on pourrait appeler le pire des scénarios − comprendre qu’ils ont inclus les potentiels efforts fournis par les États et les grandes entreprises dans leurs calculs −, il y a de quoi faire peur. Mais cela n’a finalement rien d’une grande surprise. Nombre de spécialistes se sont en effet déjà exprimés sur le sujet, qualifiant cet objectif d’irréalisable, et ce depuis pas mal de temps maintenant.

Par Arthur Cios, publié le 01/08/2017

Pour vous :