Un an après son changement de propriétaire, 4chan n'a plus d'argent

Hiroyuki Nishimura, le propriétaire de 4chan, que certains surnomment "la poubelle d'Internet", a annoncé que le site manquait de fonds pour fonctionner correctement. Le début de la fin ?

"Winter is coming". À la lecture du titre du message publié le 4 octobre par Hiroyuki Nishimura, on se doutait bien que ça sentait le sapin. Et dans la suite du texte, lapidaire, le propriétaire de 4chan, qui détient la plateforme d'échange d'images depuis janvier 2015, n'y va pas par quatre chemins : le site n'a plus un rond. "Les publicités ne fonctionnent pas bien, écrit-il. Nous avons donc réduit les coûts liés aux serveurs publicitaires. 4chan n'a pas pour le moment les moyens de payer des frais d'infrastructure, de réseau et de serveurs." Et voilà comment, en quelques lignes, l'avenir de l'une des plateformes communautaires les plus célèbres du monde est désormais menacé.

Publicité

Le Japonais, qui a créé l'ancêtre de 4chan (2chan) avant de racheter en 2015 le site à son créateur Christopher Poole ("moot", pour les intimes) a proposé trois alternatives à ses utilisateurs. La première, diviser par deux le coût du trafic sur le site, en limitant la taille des images postées, en s'installant sur des serveurs plus lents et en fermant certains "boards" moins fréquentés. La seconde impliquerait de bombarder le site de publicités, en y incluant des pop-up, pop-under et des "publicités malveillantes". La dernière option serait d'augmenter le nombre d'utilisateurs avec des "pass" payants, ceux qui ont accès à plus de fonctionnalités que les autres.

Dans tous les cas, les principes fondateurs du site (gratuité, absence de publicités, énorme volume de contenus) seraient attaqués. Selon Gizmodo, la faute est à imputer aux bloqueurs de pubs, largement plus utilisés aux États-Unis qu'au Japon, et aux contenus du site, trop violents pour qu'aucune publicité n'y soit accolée.

Soudain, Martin Shkreli

Comme on pouvait s'y attendre, la communauté de 4chan n'a que très peu goûté cette annonce, et l'a fait savoir avec sa verve habituelle : "Comment moot a-t-il réussi à gérer le site pendant une décennie avant que tu ne décides de tout balancer un an plus tard ?", demande ainsi un utilisateur au propriétaire, tandis que d'autres plaident pour un retour de leur administrateur fétiche.

Publicité

D'autres solutions sont également explorées, comme l'interdiction des gifs, la fin de l'archivage des contenus ou la suppression des forums pornos ou carrément racistes comme /pol ("politically incorrect"), pourtant à l'origine de la (mauvaise) réputation de 4chan, reconnu comme "la poubelle d'Internet" par une partie des médias et de l'opinion publique (qui oublient, au passage, que 4chan est aussi l'incubateur des Anonymous et probablement la plus grande plateforme libertaire jamais conçue). Mais soudain, alors que "l'hiver" semblait prêt à s'abattre sur le site, un homme s'est avancé dans la lumière : Martin Shkreli.

Toujours en quête d'un quart d'heure d'exposition sur Internet, l'homme d'affaires (inculpé pour fraude) s'est spontanément proposé comme mécène pour sauver le "trou du cul d'Internet" en discutant, sur Twitter, avec Hiroyuki Nishimura. Sa seule requête ? "Rejoindre le comité de direction du site". Pour le moment, impossible d'en savoir plus, la discussion entre les deux hommes s'étant poursuivie par messages privés. Mais sur le papier, le mariage serait grandiose : "l'homme le plus détesté d'Internet" à la tête du site le plus méprisé du réseau, peut-on imaginer plus subversif ? Et si ça ne se fait pas, on a toujours le fondateur de Minecraft, Marcus "Notch" Persson, qui a également indiqué vouloir aider la plateforme. Et moot, pendant ce temps-là ? Le fondateur du site est maintenant chez Google, occupé à "construire des communautés en ligne".

Par Thibault Prévost, publié le 05/10/2016

Copié

Pour vous :