Une boîte japonaise offre des congés payés supplémentaires à ses employés non-fumeurs

Une manière très incitative de pousser les fumeurs à arrêter.

Takeshi Kitano dans Violent cop. (© Shochiku)

Dans presque chaque boîte, il y a des collègues qui passent plus de temps à se balader qu’à être à leur poste de travail. Il y a toujours quelque chose d’autre à faire : un petit café, une pause pipi, une discussion informelle dans le couloir qui se transforme en longue conversation, des minutes de trop passées à la photocopieuse et, bien entendu, la fameuse pause clope, qui n’aide vraiment pas.

Publicité

Certaines de ces pauses sont inévitables et permettent en outre d’améliorer l’environnement de travail. Mais la cigarette – on dit que chaque clope retire 10 minutes à votre vie – se justifie plus difficilement.

Au Japon, une entreprise a décidé d’encourager ses employés à arrêter de se pourrir les poumons, en lançant une nouvelle politique : d’après CNN Money, "Piala, une entreprise de marketing située à Tokyo, a commencé à offrir six jours de congés payés supplémentaires par an à ses employés non-fumeurs."

Hirotaka Matsushima, représentant de l’entreprise, a déclaré à CNN que Piala ne souhaite pas "punir" les fumeurs, mais plutôt instaurer une solution "gagnant-gagnant", où chacun se sent récompensé du temps passé à travailler : "Sans rien faire, ils gagnent six jours de vacances."

Publicité

Cette initiative a été lancée après qu’un employé s’est plaint que ses collègues fumeurs perdaient environ 15 minutes à chaque pause cigarette– ce qui est dû au fait que les bureaux de l’entreprise sont situés au 29e étage d’un immeuble. L’entreprise a donc établi que chaque fumeur passait environ 40 minutes par jour éloigné de son poste, ce qui représente une sacrée perte de temps.

D’après Bustle, cette nouvelle politique a déjà profité à 30 des 120 employés. Pour Takao Asuka, le PDG de Piala, il s’agissait avant tout "d’encourager les employés à arrêter par une incitation plutôt que par des pénalités ou la coercition". Et on dirait que ça marche.

Traduit de l’anglais par Dario

Publicité

À lire -> Bridgewater, l’entreprise où tous les employés se notent les uns les autres

Par Justina Bakutyte, publié le 03/11/2017

Pour vous :