AccueilÉDITO

Cécile Duflot s’engage contre le sexisme avec "l’opération robe"

Publié le

par Mélissa Perraudeau

@https://www.youtube.com/watch?v=Qey7JwP09Jo

Ce lundi 5 juin, Cécile Duflot a lancé "l’opération robe" pour dénoncer le sexisme ordinaire encore subi par beaucoup de femmes en 2017 en France. Elle publiera sur YouTube un témoignage vidéo chaque jour à 18 heures.

En 2012, Cécile Duflot s’est fait siffler par de très nombreux députés à l’Assemblée nationale, alors qu’elle s’apprêtait à prendre la parole. La cause ? Sa robe, jugée trop séduisante. Une scène de sexisme ordinaire choquante, qui n’est pas passée inaperçue. La candidate écologiste aux législatives est revenue sur cet épisode insultant dans une vidéo publiée ce lundi 5 juin sur sa chaîne YouTube et relayée sur son compte Twitter.

Elle explique que "ce qui était terrible, c’est que c’était spontané et collectif". Les députés lui ont crié des "horreurs", comme "allez, vas-y, enlève les boutons" ou "elle a mis cette robe-là pour qu’on n’écoute pas ce qu’elle avait à dire". Si elle a d’abord voulu étouffer l’histoire, les proportions qu’elle a finalement prises lui ont permis d’assumer d’en parler. Et l’épisode résonnait d’une manière singulière chez beaucoup de femmes, confrontées quotidiennement au sexisme de la société.

"Comprendre le sexisme au quotidien"

Pour Cécile Duflot, c’est parce que "c’est très symbolique : les femmes sont victimes de sexisme, même avant d’ouvrir la bouche, même sans rien faire". Et elles s’y habituent, alors que l'"on ne peut pas se dire que ça va s’améliorer tout seul". D’où l’importance pour elle de "faire changer la loi", et pour ça, il est primordial de "comprendre le sexisme au quotidien".

Depuis ce lundi, elle publie quotidiennement à 18 heures un court témoignage vidéo. Chaque femme porte symboliquement la robe qu’elle avait à l’Assemblée nationale, tout en parlant de sexisme ordinaire. Dans le premier épisode, c’est Camille, 37 ans, qui décrit le sexisme qu’elle a vécu de manière explicite ainsi que son ressenti.

Elle a notamment été confrontée à beaucoup d’hostilité quand elle était en couple avec une femme : les hommes n’envisageaient pas qu’elles puissent repousser leur virilité. Pour elle, ce n’était pas seulement de l’homophobie, c’était aussi de la misogynie. Et si le sexisme est plus subtil dans le monde du travail, elle se rend compte que ses compétences sont souvent remises en cause – elle doit "toujours" en faire "deux fois plus". Elle souligne en outre "un manque d’éducation" et "un manque de maturité".

Le deuxième épisode donne la parole à Sarah, une juriste qui décrypte le sexisme subi par Cécile Duflot en 2012, et insiste sur la gravité des faits, spécifiquement dans le contexte de l’Assemblée nationale. Elle demande un encadrement de ce genre de comportement – inacceptable dans ce lieu –, et appelle à "voir le plus de femmes possible dans cette assemblée", ce qui permettra également de réduire ce genre de comportement. "L’opération robe" devrait y aider.

À voir aussi sur konbini :