AccueilÉDITO

"Ce sont les pauvres qui utiliseront leur corps" : Jean-Luc Mélenchon s’oppose à la GPA

Publié le

par Astrid Van Laer

Ce jeudi 18 janvier, Jean-Luc Mélenchon est revenu sur son opposition à la légalisation de la gestation pour autrui (GPA) en France.

Alors que les États généraux de la bioéthique ont démarré ce jeudi 18 janvier, l’éventualité d’une légalisation de la gestation pour autrui est de plus en plus discutée. Jean-Luc Mélenchon était l’invité de LCI ce même jour. À cette occasion, le leader de La France Insoumise a donné son opinion sur la question.

Il y voit une "illusion et une injustice sociale totale" avec des "pauvres qui utiliseront leur corps". L’élu a évoqué les "milliers d’enfants qui n’ont pas de parents et qui aimeraient en avoir, et qui sont disponibles pour être aimés", avant d’ajouter :

"Je vais vous dire une chose : il n’y a pas de droit à l’enfant. Ça n’existe pas. Il y a les droits de l’enfant. Mais il n’y a pas de droit à l’enfant."

Jean-Luc Mélenchon craint également qu’une légalisation de la GPA puisse entraîner de graves dérives concernant la marchandisation du corps humain :

"Je pense que si nous acceptons ça, demain aussi on fera de la vente d’organes, demain on payera les transfusions sanguines, et ainsi de suite… Le corps, en lui-même et dans son intimité, ne peut pas être un objet de marchandisation."

Le député de la 4e circonscription des Bouches-du-Rhône avait déjà exprimé son point de vue à ce sujet au cours de la campagne présidentielle. Ferme, ce dernier avait ainsi déclaré en janvier 2017 qu’il changerait d’avis "le jour où on [lui] présentera[it] une milliardaire qui, par amour d’une femme pauvre d’un bidonville, acceptera de porter son enfant".

À lire -> 60 % des Français se disent favorables à la PMA pour les couples de femmes

À voir aussi sur konbini :