AccueilÉDITO

En images : de New York à Sydney, voilà les conséquences du réchauffement climatique

Publié le

par Jeanne Pouget

La météo est l’un de sujets les plus consultés sur Internet. Le site américain de météorologie WXshift a donc décidé de ne pas se limiter au temps qu’il fera demain, mais d’élargir la question au temps qu’il fera jusqu’en 2100. On n’est jamais trop prévoyant.

Fruit de la collaboration entre scientifiques, météorologistes et journalistes, le site WXshift a pour but de rendre les questions du changement climatique abordables au plus grand nombre. Comme l’explique Richard Wiles, le vice-président de Climate Central à l’origine du projet, il s’agit de dépolitiser la question du réchauffement climatique et de s’appuyer "uniquement sur les faits".

Sur WXshift on consulte autant la météo du jour, que celle des décennies passées, que l’on peut comparer avec le temps qu’il fera dans 50 ou 75 ans. Le site compile des données scientifiques et établit des projections afin d’anticiper les scénarios de demain. De quoi permettre aux municipalités et aux États d’envisager dès aujourd’hui des plans de construction urbains adaptés aux changements climatiques.

Quels scénarios en 2100 ?

Par exemple, on apprend que la ville de New York sera confrontée à une montée des eaux de 1,80 mètre d’ici 2100. Ce qui aurait pour conséquence de transformer le tarmac de l’aéroport de LaGuardia en un lac où les poissons côtoieraient les avions. Le site Climate Central explique que si les émissions de CO2 ne sont pas contrôlées, le réchauffement climatique conduirait à une montée des océans qui engloutirait des lieux mythiques du monde entier.

Climate Central explique en GIF, à quoi pourrait ressembler le monde dans 75 ans si le réchauffement planétaire atteignait 4°C au lieu des 2°C préconisés.

Regarder le passé pour mieux comprendre le futur

WXshift permet de constater à quel point les températures ont augmentée depuis 45 ans aux États-Unis. Par exemple, en Novembre 1970 à New York, les températures automnales étaient de 8°C, aujourd’hui, elles avoisinent les 14°C. Autre exemple en Floride : dans les années 1970, seulement une quarantaine de jours par an voyait le thermomètre dépasser les 30 degrés, aujourd'hui cette moyenne est montée à 100 jours par an.

Compilant quotidiennement leurs données et analysant plusieurs indicateurs, les professionnels de WXshift expliquent aussi les phénomènes de sécheresse ; l’acidification des océans ; le rejet de gaz carboniques, les chutes de neige, la fonte des glaces ou encore les feux de forêts :

En filigrane, le site démontre de façon accessible et simple qu’un accord sur le maintien du réchauffement climatique à 2°C d’ici 2100 est primordial (au lieu des 4°C prévus si l’on ne faisait rien). Le mois prochain, les leaders du monde entier se réuniront à Paris à l’occasion de la COP21 pour statuer sur cette échéance.

À lire : Vidéo : le changement (climatique) c’est maintenant

À voir aussi sur konbini :