AccueilÉDITO

Ce maire renvoie les déchets des pollueurs à leur domicile

Publié le

par Jeanne Pouget

Christophe Dietrich est le maire Laigneville, une petite commune de l’Oise. Contre les pollueurs indélicats, il a une méthode plutôt directe : le renvoi des déchets à domicile. Démonstration. 

"Retour à l'envoyeur ! Si tu viens dégueulasser notre ville, on dégueulassera chez toi !" Dans une vidéo postée en juin sur YouTube et relayée le 2 août par le site du Point, le maire de Laigneville, Christophe Dietrich (SE), ne mâche pas ses mots. Il y explique la méthode mise en place récemment par sa commune de "retour à l'envoyeur". Le principe est simple : identifier les pollueurs et leur ramener leurs ordures devant leur porte, tout simplement.

Un tas d'ordures devant la porte

Dans la vidéo, le maire joint le geste à la parole et ramène ainsi, à l'aide d'un camion, deux mètres cubes de déchets déversés dans la nature devant le logement d'un présumé pollueur. Il explique cette politique ferme par son exaspération envers les (rares) habitants qui s'obstinent à ne pas respecter les règles et l'environnement :

"Cela fait deux ans aujourd'hui que nous luttons contre les dépôts sauvages de déchets dans la nature. Grâce aux méthodes que nous avons mises en place, nous avons réussi à faire baisser d'environ 90 % ce genre de déchets. Malheureusement, il semblerait que certains n'aient pas encore compris."

Christophe Dietrich compte ainsi sur la coopération des riverains pour identifier et dénoncer les pollueurs mal-venants. Celui qui est puni dans la vidéo (qui n'est pas présent sur les images, mais dont le nom apparaît à l'écran) aurait ainsi été démasqué grâce à des photos.

Pour l'édile, il s'agit de mener une lutte sans merci pour garder sa commune propre. Cette méthode peut faire débat, mais elle a le mérite de marquer les esprits. L'histoire ne dit pas comment a réagi le présumé pollueur en découvrant le monceau d'ordures devant sa porte.

En ce qui concerne la légalité (très borderline) du procédé, Christophe Dietrich botte en touche en déclarant au Point : "Vous n'imaginez pas le nombre d'élus de France, mais aussi d'outre-mer qui me téléphonent pour faire comme moi. Je ne fais rien d'illégal, je rapporte à son propriétaire ce qui lui appartient."

À voir aussi sur konbini :