AccueilÉDITO

Infographie : les villes les plus dangereuses du monde

Publié le

par Inès Bouchareb

Sur les 50 villes les plus dangereuses du monde, 41 sont situées en Amérique latine, notamment au Mexique, au Brésil et au Venezuela, dont la capitale, Caracas, est la cité la moins sûre de la planète.

Les villes les plus violentes du monde. (Source : Statista/The Independent)

D'après les chiffres du classement du Conseil public de sécurité des citoyens de Mexico (un organisme non gouvernemental), s'appuyant sur les données de l'année 2014, les villes les plus dangereuses du monde sont concentrées en Amérique centrale et méridionale. En effet, parmi cette liste d'une cinquantaine de métropoles, 41 sont situées sur ce continent. Secouée par les violences militaires, les instabilités politiques et les cartels de la drogue qui sévissent dans de nombreuses régions, l'Amérique latine déplore un grand nombre de morts et abrite les cités les plus redoutables de la planète.

En pole position, le Brésil, le Venezuela et le Mexique qui comptent respectivement vingt et une, neuf et cinq villes au classement. Sur ce triste podium se trouve Caracas, la capitale vénézuélienne, avec un total de 3 946 homicides en 2014 (soit 119,87 homicides pour 100 000 habitants), suivie de près par San Pedro Sula, au Honduras, et San Salvador, capitale du Salvador.

Les dix villes les plus dangereuses du monde, d'après les données de 2014. (Source : www.seguridadjusticiaypaz.org.mx/)

Sur les dix métropoles en tête de liste, trois se situent au Mexique, deux au Venezuela, deux autres au Honduras, une au Salvador, une en Colombie, puis en neuvième place on retrouve Cape Town (2 244 victimes), unique ville africaine de ce classement. Dans les Caraïbes, la seule cité recensée est Kingston, capitale de la Jamaïque, qui a déploré 495 homicides en 2014.

Parmi la cinquantaine de villes y figurant, aucune n'est européenne. Cependant, quatre d'entres elles se trouvent sur le territoire états-unien : Detroit, La Nouvelle-Orléans, Baltimore et Saint-Louis.

À voir aussi sur konbini :