AccueilÉDITO

Le Captcha est mort : bientôt Google ne vous forcera plus à prouver que vous êtes humain

Publié le

par Thibault Prévost

Sur Internet, les algorithmes de Google peuvent maintenant distinguer les utilisateurs humains des robots sans avoir besoin de les tester. Libérateur.

"Pour prouver que vous n'êtes pas un robot, entrez les mots suivants"... Dans quelques années, peut-être se remémorera-t-on avec nostalgie cet étrange droit de douane qu'Internet nous imposait avant de pénétrer en terre numérique. Ce test a priori élémentaire – recopiez dans la case dédiée les mots que vous voyez à l'écran – était censé tenir à distance respectueuse les programmes de spam et nuisances robotisées en tous genres, et poussait parfois le zèle jusqu'à se révéler trop compliqué pour l'homo sapiens, lorsque les mots affichés se révélaient indéchiffrables.

Que celui qui n'a jamais rebroussé chemin face à un Captcha trop difficile me jette le premier pavé numérique. En 2017, c'est avec un soulagement teinté d'une certaine émotion que nous dirons adieu au  plus connu des "Completely Automated Public Turing test to tell Computers and Humans Apart", le programme reCAPTCHA de Google.

Le 9 mars, la firme de Mountain View annonçait une nouvelle version de son célèbre système de tri entre humains et robots, qui deviendra bientôt entièrement automatisé. Plus besoin de cocher une case, de recopier des mots sans queue ni tête ou d'identifier des fruits sur une mosaïque de photos... Autant de tâches tout sauf anodines : lorsque vous entriez des mots, vous aidiez le programme de reconnaissance optique de caractères (OCR) de Google, qui permettait entre autres la numérisation de millions de livres ; lorsque vous recopiiez des chiffres ressemblant à des numéros de bâtiments, vous amélioriez le logiciel d'identification visuelle des voitures de Street View ; lorsque vous deviez sélectionner des chats dans une liste de clichés, vous entraîniez l'intelligence artificielle de la firme à les reconnaître. Cependant, avec "Invisible reCaptcha", fini de jouer les tuteurs d'IA.

La boîte se coche toute seule

Pour faciliter la navigation, Google perfectionne une nouvelle fois un système qu'il avait déjà grandement amélioré en 2009 lors de son rachat, le résumant alors à une simple case à cocher en-dessous de la mention "je ne suis pas un robot" – le programme se basant sur les mouvements de souris effectués par l'utilisateur pour le différencier d'une IA. Un processus largement efficace, même si un petit malin parvenait en janvier dernier à concevoir un robot – oui, un vrai robot – capable de cliquer au bon endroit pour s'identifier comme... humain. Le summum du trolling.

Si Google n'a pas donné pléthore de détails sur le fonctionnement du nouveau système, se bornant à le décrire comme "une combinaison de machine learning et d'analyse de risque avancée qui s'adapte aux menaces nouvelles et émergentes", NextImpact nous apprend que la petite boîte "je ne suis pas un robot" restera visible mais se cochera désormais toute seule en fonction des actions des utilisateurs.

Les sites intéressés peuvent d'ores et déjà remplir un formulaire pour utiliser le nouveau système, avant que Google ne le généralise, et les plus nostalgiques pourront garder l'ancien système. Quoi qu'il en soit, vous n'aurez peut-être plus jamais à prouver que vous êtes bien un humain. Sauf si le système ne vous reconnaît pas.

À voir aussi sur konbini :