AccueilÉDITO

Canal+ : jugé trop irrévérencieux, le patron du Zapping serait sur la sellette

Publié le

par Théo Chapuis

À la direction de Canal+, on ne jugerait pas le patron du Zapping assez obéissant. Selon des infos exclusives, Puremédias révèle que son départ pourrait être imminent.

"Le Zapping reflète la télévision. Il peut contenir des images non adaptées à Vincent Bolloré" (Capture d'écran)

"Le Zapping, dernier bastion de résistance à Bolloré ?" questionnait Arrêt sur images le 8 octobre, soit le lendemain de la diffusion dans Pièces à conviction sur France 3 du documentaire consacré au Crédit mutuel (initialement programmé en mai sur Canal+ mais censuré par Vincent Bolloré). Peine perdue, cette interrogation risque finalement de ne même plus se poser.

Selon une information exclusive de Puremédias, la diffusion de larges pans du film à charge contre la cinquième banque française a fortement déplu au nouveau propriétaire de la chaîne. D'après le magazine d'infos médias, Patrick Menais, patron du Zapping, est carrément sur la sellette – et le pourfendeur des Guignols a décidé de mettre de l'ordre au sein de l'émission (oui, dans celle-là aussi).

La situation est peut-être même encore pire si l'on en croit certains : "L'éviction de Patrick Menais est imminenteEt c'est l'existence même du programme qui pourrait être remise en cause", explique une source anonyme à Puremédias. "Le montage qui a été réalisé sur le Crédit Mutuel, c'est clairement un suicide médiatique".

Dans les coulisses de la chaîne, "l'esprit Canal" qu'on fantasmait tant a achevé depuis longtemps de hanter les lieux : Patrick Menais aurait été mis en garde quelques jours plus tôt, le 24 septembre, après avoir diffusé des extraits de l'émission du Grand Journal où Maïtena Biraben parlait des mots du Front National comme d'un prétendu "discours de vérité". Cerise sur le gâteau, les astucieux monteurs de l'émission intercalaient alors les dires de l'animatrice avec une interview de Marine Le Pen sur BFMTV et d'un passage entre elle et Cyrille Eldin. Insolent, astucieux et belle preuve de l'indépendance de l'émission. Bref, c'était un tour de montage comme les spectateurs les préfèrent.

Le jour du passage à l'antenne des séquences sur le documentaire sur le Crédit Mutuel, Menais aurait lâché auprès de quelques proches une phrase lourde de sens : "Je sens que je vais me faire virer". Contactée par Puremédias, la direction de Canal+ dément pour l'instant de telles informations.

"On essaye d'exprimer un point de vue"

Le Zapping est une exception télévisuelle. Il est l'unique programme de Canal+ à être diffusé avant d'être validé par la direction. Quiconque a un jour regardé la pastille de six minutes sait à quel point son génie repose sur son montage, intercalant des extraits du PAF qui n'ont a priori aucun lien entre eux – mais qui prennent sens lorsqu'on les juxtapose. Multi-rediffusé, c'est également un des programmes les plus suivis de la chaîne et ce depuis sa création en 1989.

Interview par France Inter en 1989, Menais assumait sans problème la prise de parole de son programme, pas nécessairement drapée de sacro-sainte objectivité. Au contraire, même : "On essaye d'exprimer un point de vue, ce qui est très rare à la télévision. Avec mon équipe, quand je rends le Zapping, c'est un quart d'heure avant l'antenne. À part le monteur, personne ne l'a vu". Ce point de vue pourra-t-il continuer à s'exprimer ?

À voir aussi sur konbini :