La Brasserie de Barbès ouvre ses portes, un pas de plus vers Boboland ?

La Brasserie Barbès ouvre ses portes ce jeudi 30 avril, en face de la célèbre enseigne Tati du Boulevard Rochechouart. Une belle enseigne qui propose des produits de qualité mais qui relance le débat de la gentrification, cet embourgeoisement des quartiers anciennement populaires. 

Brasserie

On l'attendait depuis des années. Aujourd'hui, le projet voit enfin le jour. La brasserie de Barbès ouvre ses portes ce jeudi 30 avril. Elle se situe à la place de l'ancien magasin Vano détruit dans un incendie en 2011. Ce sont ensuite deux jeunes entrepreneurs, Jean Vedreine et Pierre Moussié, qui ont pris le relais et se sont lancés dans ce pari risqué. Et pourtant l'endroit s'annonce comme un des futurs lieux incontournables de la capitale.

Publicité

Les deux acolytes n'en sont pas à leur coup d'essai. La gentrification de Strasbourg-Saint-Denis avait débuté avec la création de Chez Jeannette de Pierre Moussié. La renaissance de Pigalle en version hipster fait suite au succès du Sans Souci et du Mansart tenus par l'auvergnat Jean Vedreine.

Au départ, c'était un restaurant KFC qui devait ouvrir à cet emplacement. Grâce entre autres à la brasserie, Barbès-Rochechouart, quartier populaire, offre maintenant un tout nouveau visage. Ce mouvement est soutenu à la fois par la mairie et les riverains dont l’origine sociale change sans pour autant faire totalement disparaître la mixité – pour l’instant.

Publicité

Un havre de raffinement 

600 mètres carrés sur quatre niveaux, ils façonnent leur bébé comme une grosse brasserie parisienne à l’ancienne version 2015, avec un bar à cocktails pour un dernier verre et une cigarette sur le toit où les tarifs seront pour toutes les bourses.

Une brasserie magnifique, tout en marbre vert, béton ciré, laiton et boiseries, en osmose avec son voisin, le cinéma Louxor. Déjà en 2013, la salle de cinéma venait réveiller le quartier. Depuis son ouverture, elle a connu un succès deux fois plus important que celui espéré grâce à sa programmation éclectique. Elle n'a pourtant pas eu d'impact spécial au niveau de la fréquentation de Barbès.

Pour autant, les aspects traditionnels du quartier n'ont pas disparu. On retrouvera toujours des vendeurs de cigarettes à la sauvette, des petits trafics, des boutiques de téléphones et la fameuse enseigne Tati de l'autre côté du carrefour. L'établissement va encore améliorer l'image du quartier, trop souvent ternie dans les médias, comme récemment avec le scandale de Fox News et des "no-go zones".

Publicité

En route vers un melting-pot ou une gentrification omniprésente ?

Ce n'est pas toujours évident de rameuter une clientèle branchée et en même temps populaire. Ce type de commerces attire pourtant les foules dans des endroits avant désertés par certaines classes sociales. Même si ces zones ont du mal à se défaire de leur réputation populaire et bon marché, elles n'en restent pas moins vivantes et il y fait bon vivre.

Et pourtant, ce phénomène n'est pas isolé. De nombreux quartiers de Paris sont sujet à une gentrification croissante. Anciennement populaires, ils subissent un embourgeoisement certain. On les qualifie souvent de "bobo land" ou "repaires à hipsters" mais ils prennent depuis un nouveau souffle et un nouveau visage .

Publicité

Brasserie de la Goutte d'or, Café Cream à Belleville, Deck &Donohue à Montreuil, les lieux de vie sociale se déplacent de plus en plus dans des quartiers autrefois mal réputés. Ces nouveaux shops poussent comme des champignons. De quoi bouleverser et égayer la vie d'un quartier.

Dans la Brasserie Barbès (Capture d'écran Facebook)

Dans la Brasserie Barbès (Crédit Image : Facebook de la Brasserie Barbès)

"Boboisation", "gentrification", dans le quotidien gratuit 20 Minutes, Jean Vedreine, Pierre Moussié et Action Barbès rejettent ces termes :

Nous apportons un service qu’il n’y avait pas. Alors forcément, nous modifions le quartier. Mais une brasserie n’a rien d’élitiste et la nôtre est ouverte aux gens qui vivent ici, travaillent ici et viennent ici.

Grossistes en prêt-à-porter dans le Sentier, sex-shops et coiffeurs africains à Saint-Denis, taxiphones et agences d'intérim de gare du Nord, une partie de l'est parisien est tapissée de ces commerces originaux. Une petite balade le long du boulevard de Strasbourg, de la gare de l'Est au boulevard de Bonne Nouvelle, vous aidera à vous en rendre compte.

Si cette concentration pouvait s'avérer bénéfique pour les affaires, regroupant ainsi toute l'activité d'un secteur, elle ne l'était pas pour les habitants qui se retrouvent sans commerces de proximité, surtout de qualité. Il leur était parfois difficile de trouver une simple boulangerie. Or, ces services font l'âme d'un quartier. Grâce à la gentrification, la tendance commence à s'inverser. Personne ne se plaint de plus de mixité sociale, sauf les intolérants de nature.

La mairie de Paris met le paquet

La mairie de Paris met le paquet sur les quartiers bobos. La municipalité propose des locaux commerciaux pour remplacer grossistes de prêt-à-porter, sex-shops et coiffeurs "afro" par des boutiques de créateurs ou de produits du terroir. Épiceries fines, bar à soupes ou street-food de qualité, ces zones deviennent des paradis pour hipsters.

Depuis plusieurs années, la municipalité veut ramener de la diversité dans les petits commerces. En 2004, elle a lancé un plan de lutte contre la mono-activité et la désertification commerciale. Baptisé Vital'quartier, il concerne aujourd'hui 11 quartiers parisiens (voir carte ci-dessous). Le principe : quand un bail commercial est à vendre, la Semaest (société d'économie mixte d'aménagement de l'est parisien) peut préempter le local. Après l'avoir rénové et mis aux normes, elle fait un appel à candidatures.

Ne pourront s'installer dans les lieux que des commerçants qui viennent combler un manque dans l'offre commerciale. Dans le Xème arrondissement de Paris, ce sont ainsi une quinzaine d'enseignes qui ont pu ouvrir depuis 2008. Les habitants sont ravis de voir que d'autres commerçants s'installent et que cela entraine une diversification de l'offre proposée.

Le plan Vital'quartier. Crédits image : Mairie de Paris

Made in France et loyers en hausse

Hausse des prix de l’immobilier, de la vie de tous les jours, voilà les maux desquels on les accuse. Selon eux, cela ne changera pas la morphologie du quartier. Le Cinéma Louxor n’a pas eu d’impact particulier. Ils ne sont pas là pour faire disparaître les classes moyennes et populaires.

Et pourtant, ces nouveaux commerces surfent presque tous sur le créneau du made in France et des produits du terroir. Des secteurs plutôt coûteux pour le portefeuille. L'aide au départ n'est pas négligeable mais comme les loyers sont plus élevés que ceux du marché, les anciens commerçants ne s'y retrouvent plus et préfèrent emprunter pour acheter le local.

Rémi Féraud, maire du 10ème arrondissement, s'indigne :

Il y a une spéculation sur les prix. En ce moment, je me bats avec le propriétaire d'un bail commercial dans la rue d'à côté. Il est prêt à céder son local à un coiffeur africain. C'est catastrophique car il y en a déjà partout !

Il ne faut tout de même pas oublier qu' il y a trente ans, à Barbès, il y avait déjà une brasserie à cet emplacement, et en face, un autre bar, qui marchaient très bien. Tout n'est qu'un éternel recommencement.

Pour plus d'infos sur la Brasserie de Barbès, rendez-vous tous les jours de 8 heures à 2 heures du mat au 126 Boulevard de La Chapelle. M° Barbès. Pour plus de lieux du même genre, allez-vous balader dans le Nord-Est de la capitale.

Par , publié le 30/04/2015

Copié

Pour vous :