AccueilÉDITO

La braderie de Lille est annulée, mais la fête est maintenue

Publié le

par Juliette Geenens

Il y a trois jours, Martine Aubry a annoncé que, même si la braderie n'aura pas lieu en 2016, des animations et festivités en marge seront organisées pour que tous les visiteurs puissent profiter de la ville.

La Grand'Place de Lille sera un peu moins bondée cette année, le premier week-end de septembre, qui accueille d'habitude la braderie annuelle. (© F. ermert/ CC/ Flickr)

La nouvelle avait déçu à la fois les habitants du Nord, des Hauts de France, et les millions de futurs visiteurs. À cause de la menace terroriste et la prolongation de l'état d'urgence après l'attentat de Nice, le 14 juillet dernier, la grande braderie de Lille a été annulée au début du mois d'août. Une décision qui n'avait pas été prise depuis l'Occupation, entre 1940 et 1944.

Les réactions ne se sont pas fait attendre : n'en déplaise au gouvernement, le peuple lillois est bien résolu à maintenir les festivités qui ont fait la renommée de cet évènement, qui est bien plus qu'un simple marché aux puces géant. Le programme de la "non-braderie" s'annonce tout aussi divertissant que si le rendez-vous incontournable du Nord de la France était maintenu.

"Pas de braderie, mais Lille reste en fête," affirme Martine Aubry, en conférence de presse et au micro de Wéo, web TV locale, le vendredi 20 août dernier.

La maire de la ville a fait passer un arrêté municipal afin de permettre aux commerçants d'ouvrir le dimanche et de brader les prix au sein de leur magasin. La chasse aux bonnes affaires n'est donc pas reportée, les 3, 4 et 5 septembre.

Moules-frites pour tout le monde

Les restaurateurs, dont le chiffre d'affaires profite d'habitude largement de l'évènement annuel, auront également droit à l'ouverture dominicale, mais ce sera "une exception", souligne Martine Aubry. D'autant qu'un festival gastronomique – "Moult, moules et cætera" – se tiendra sur la place Rihour, où il sera possible de déguster des crustacés et des frites à volonté.

L'évènement marquera le retour de la tradition du tas de moules, promet La Voix du Nord : les neuf restaurateurs de la place s'affronteront dans une compétition bon enfant, qui consiste à entasser le plus de coquillages consommés possibles en face de leur établissement.

#braderiedelille et sa moule frite

Une photo publiée par Adèle Evrard (@adele.evrard) le

Pour ceux qui craignent de s'ennuyer, pas de panique. Plutôt que de vous retrouver, comme chaque année, coincés sur la rue de Béthune entre la Grand'Place et République à cause de l'affluence, vous pourrez profiter du palais des Beaux-Arts puisqu'une braderie de la BD sera accessible librement et gratuitement, avec la présence de plusieurs dessinateurs dont François Boucq (grand prix d’Angoulême 1998), Catel, auteure de Kiki de Montparnasse, ainsi que d'Anthony Roux, cofondateur d'Ankama.

Des ateliers pour les plus jeunes y sont prévus, rapporte 20 Minutes. La gare Saint-Sauveur et la maison Folie-Moulins ouvriront leurs portes à tous, pour des animations qui dureront du vendredi au dimanche.

Lille la nuit joue les prolongations

Et concernant ceux qui attendent de la braderie les soirées qu'on lui connaît – à base de sound system en face des bars, dans les rues Masséna, Solférino et du côté du Vieux-Lille – Martine Aubry évite de se mouiller. L'élue refuse d'associer l'évènement aux apéros géants lancés par d'irréductibles fêtards sur Facebook en réponse à l'annulation de la Braderie. "Prendre une belle cuite, c’est pas l’essentiel de la braderie, ils ont tous les week-ends pour ça", a-t-elle déclaré.

Malgré tout, les bars et pubs ont la permission de quatre heures du matin, et le collectif du festival Culture Bar-Bars, qui tente de sauvegarder les café-concerts de Lille, prévoit d'organiser des live avec des groupes et musiciens locaux, un peu partout en ville.

Chaque année ce sont près de deux millions de visiteurs venus du monde entier qui affluent dans les rues de la métropole pour la braderie. Durant tout le premier week-end de septembre, Lille devient une grande fête avec une mobilisation renforcée du côté des forces de l'ordre. Cette année, en raison des attentats survenus sur le territoire français, la sécurité reste une préoccupation importante pour la mairie. La "non-braderie" se déroulera dans "des conditions de sécurité maximale" a assuré Martine Aubry, tout en montrant ce que Lille a à offrir.

Le programme du 3 au 5 septembre est à retrouver sur le site officiel de la municipalité.

À voir aussi sur konbini :