AccueilÉDITO

"Pas de boutique afro ici" : un message raciste hallucinant en plein Paris

Publié le

par Théo Chapuis

"Vous n'êtes pas les bienvenus" : tel est le message qu'a découvert Anne-Marie Mendy sur une affiche placardée sur la porte de son magasin, situé dans le 2e arrondissement de Paris. Le racisme au grand jour.

Six ans qu'Anne-Marie Mendy travaille dans le quartier, mais ça n'aura manifestement pas suffi pour être acceptée de tous. La gérante de la boutique Colorful Black, sise au 7 rue Poissonnière (2e arrondissement), a raconté à Buzzfeed France avoir eu la désagréable surprise de découvrir un message anonyme aux relents racistes, à l'heure de l'ouverture, mercredi 20 janvier.

Dans la foulée, elle partageait sur Facebook la missive haineuse, recevant le soutien de nombreux internautes indignés par cet acte raciste.

BonjourPour info, voici ce que j'ai trouvé placardé ce matin sur les portes de ma boutique, 7 rue Poissonnière 75002...

Posté par Colorful Black sur mercredi 20 janvier 2016

"Nous ne voulons ici pas de boutique AFRO de vente de cheveux en plastique. Nous ne voulons pas d’un futur quartier Château-Rouge ou Château d’Eau qui est devenu un quartier poubelle. [...] Pourquoi c’est toujours vous africain qui demandez et obtenez toutes les subventions ou gratuité? [...] Vous êtes là mais vous n’êtes pas les bienvenus." [sic]

Anne-Marie Mendy travaille dans le quartier depuis six ans, et si sa boutique avait déménagé tout récemment, ce n'était que de quelques pas. Malgré une poignée de propos nauséabonds entendus la veille de l'ouverture du nouveau magasin, vendredi 15 décembre dernier, elle assure n'avoir jamais été victime de racisme : "Mon mari a entendu des gens dans la rue dire : 'Ils vont nous envahir', c’est encore eux'. Déjà ça, c’était triste." Finalement, face à un message ciblant clairement la communauté africaine, le sentiment d'Anne-Marie est à l'incompréhension :

"On pensait que ça n’existait plus en 2016. Je pensais que c’était fini. Je ne sais pas si c’est purement raciste, mais c’est de la méchanceté gratuite et de la lâcheté."

Elle ajoute qu'elle suspecte attiser "de la jalousie, parce qu’on fait l’angle de la rue". Un soupçon sensé, puisque le corbeau semble renseigné sur le tarif immobilier du quartier – il l'estime dans sa sinistre missive.

Contrairement à ce qu'affirme cette lettre anonyme, Anne-Marie Mendy déclare auprès de Buzzfeed n'avoir reçu aucune subvention des banques ou de l'État pour financer son activité : "Je viens de la banlieue, je n’ai pas honte. Je suis pour le travail. [...] Je paie pas mal d’impôts pour ça d’ailleurs, peut-être plus que ceux qui ont collé ce message", se défend-elle, avant d'affirmer, catégorique, qu'on ne l'effraie pas comme ça :

"Je ne bougerai pas, c’est sûr, et je ne changerai pas de nom. Ce n’est pas parce qu’on est afro qu’on doit habiter à Château-Rouge."

Plus 22 % d'actes racistes en 2015

Hasard malheureux, c'est précisément mercredi 20 janvier que la Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme (Dilcra) rendait ses chiffres annuels – et ils sont plutôt préoccupants.

Les actes racistes ont bondi de 22 % en 2015, avec, notamment pour les actes antimusulmans qui ont plus que triplé en un an, un pic après les attentats de janvier et de novembre. Au total, 2 032 actions et menaces racistes, antisémites et antimusulmanes ont été enregistrées l'an dernier.

"C'est la première fois que l'on franchit la barre des 2 000" actes recensés, souligne le responsable de la Dilcra, Gilles Clavreul, auprès de France Soir. Il parle d'ailleurs de "défi pour toute la société française". La lettre raciste adressée à Anne-Marie Mendy nous le prouve malheureusement une fois de plus.

À voir aussi sur konbini :